Artikel teilen auf

«Nous réalisons des projets de caténaires pour les CFF et des entreprises ferroviaires privées en Suisse romande, mais aussi les trolleybus de Genève avec un projet d’une quarantaine de jours que nous venons de finir», déclare Stefan Iseli dans cet entretien. Le CEO d’Arnold AG explique également pourquoi BKW Infra Services s’engage dans la construction de Ligne de Contact, pourquoi l’entreprise incarne le partenaire idéal pour les CFF et d’autres exploitants ferroviaires – et enfin, quels sont les objectifs innovants majeurs qu’elle poursuit en entrant sur ce marché stratégique.

 

Stefan Iseli, CEO der Arnold AG

Stefan Iseli, BKW construit désormais aussi de la Ligne de Contact pour les trains et trolleybus. D’où vous est venue l’idée de ce nouveau domaine d’activité?
Stefan Iseli: Chez Arnold AG, qui fait partie du réseau BKW Infra Services, nous envisageons depuis longtemps déjà ce segment de marché en pleine expansion. Pour formuler les choses simplement, la Ligne de Contact n’est rien de plus qu’une ligne électrique pour les trains, et se rapproche donc beaucoup de ce que nous faisons depuis de nombreuses années. Avec l’acquisition du groupe Duvoisin-Groux en Suisse romande, et plus spécifiquement DG Rail, une extraordinaire opportunité s’est offerte à nous pour faire une entrée stratégique dans ce secteur d’activité. En plus des nombreux projets passionnants pour nos clients ferroviaires en Suisse romande, nous construisons depuis cette année des caténaires pour les trolleybus de la ville de Genève avec notre nouvelle filiale.

 

BKW construit des lignes électriques, tout le monde le sait. Quelles synergies l’entreprise peut-elle exploiter pour la construction de Ligne de Contact?
Même s’il existe des similitudes dans la technique, il s’agit de deux domaines différents et de deux métiers différents. Bien sûr, certains spécialistes peuvent construire les deux types de ligne, et nous leur confions d’ailleurs ces deux tâches dans notre réseau. Par ailleurs, Arnold AG connaît les besoins et les exigences des exploitants ferroviaires en termes de sécurité. En effet, nous travaillons déjà depuis quelques années avec les CFF: nous construisons et entretenons des lignes aériennes pour eux, nous réalisons des installations électriques pour le courant de traction et nous mettons en place des mises à terre. Les synergies sont considérables. Mais nous poursuivons des objectifs innovants et encore plus vastes avec notre arrivée dans la construction de la Ligne de Contact.

 

Des perspectives passionnantes. Qu’en est-il concrètement?
Même si cette acquisition nous a permis d’obtenir 30 véhicules ferroviaires ultra-modernes, dont nous avons besoin pour notre nouvelle activité, nous ne sommes pas une entreprise de construction qui engage sur les chantiers des pelleteuses et des camions; nous évoluons comme entreprise technologique. Ce qui nous intéresse, ce sont les opérations délicates sur le plan technique, qui requièrent du personnel qualifié. C’est pourquoi nous investissons massivement dans les formations initiales et continues et que nous motivons notre personnel à prendre des responsabilités. Nous avons également élaboré une stratégie de numérisation chez Arnold, et nous pouvons compter sur toute la force d’innovation du groupe BKW. Dans ce contexte, impossible de passer à côté de ce qui crée de la valeur ajoutée pour nos clients avec la Ligne de Contact. Avec la technologie BIM Building Information Modeling, nous attendons justement des innovations qui permettront à BKW d’ajouter de nouvelles solutions à la construction de la Ligne de Contact.

 

La rénovation des infrastructures ferroviaires, et donc également la construction de lignes de contact, est un marché en forte croissance; le Parlement suisse a annoncé près de 13 milliards de francs pour l’expansion du réseau ferroviaire en 2035. Est-ce cette décision qui a poussé BKW à entrer sur ce marché?
La Suisse est un «îlot de cherté» et se doit, à ce titre, d’avoir des infrastructures irréprochables afin de gagner un avantage concurrentiel en Europe et dans le monde entier. Ce n’est qu’en participant à la Ligue des Champions des infrastructures que la Suisse verra de nouvelles entreprises technologiques et industrielles s’implanter sur son sol. Les autorités politiques ont décelé cette tendance et entrepris d’importants projets pour amener toute l’infrastructure réseau au niveau maximal. Ce développement profite à BKW et à ses filiales, comme Arnold AG.

 

BKW souhaite collaborer avec les CFF et les autres entreprises ferroviaires en Suisse pour construire les infrastructures pour les transports publics du futur. Ce projet s’intègre parfaitement dans la vision durable de l’entreprise.
En effet, car les CFF apporte le Bonus vert et BKW souhaite créer des solutions pour un avenir où il fera bon vivre. Mais nous sommes aussi un partenaire idéal pour les exploitants de trains, de trams et de bus dans nos projets et processus du quotidien, car le secteur des transports publics est en interaction avec les quatre piliers d’Arnold AG: les transports, l’énergie, les télécommunications et l’eau.

 

Pourriez-vous nous illustrer ces interactions entre piliers par des exemples concrets?
Volontiers. Dans le domaine des transports, nous construisons la Ligne de Contact le long du réseau ferroviaire, et dans le domaine de l’énergie, nous fournissons du courant aux trains pour qu’ils puissent avancer. Nous nous occupons également de l’électromécanique pour les distributeurs de tickets et panneaux d’affichage dans les gares. Mais notre savoir-faire va encore plus loin: avec nos câbles en fibre optique et en cuivre, ainsi que nos prestations de télécommunications, nous garantissons les échanges de données entres les appareils des exploitants de transports publics. Et avec nos prestations autour de l’eau, nous exploitons des bornes hydrantes dans les tunnels et nous construisons des conduites pour l’alimentation en eau et la gestion des eaux usées. Tous ces services font de nous un fournisseur complet car le client obtient auprès de nous comme interlocuteur unique tout ce qu’il lui faut et, avec chaque commande, il a accès à toutes les prestations du réseau complet de BKW.

Tobias Habegger

Tobias Habegger

Senior Communication Manager