Artikel teilen auf

L’entreprise Hertig Haustechnik AG, située en lisière de la zone industrielle de Wohlen (Argovie), appartient depuis près d’un an à BKW. Comment cette acquisition est-elle perçue par les collaborateurs? contact s’est rendu chez Philipp Hertig, le directeur adjoint de la société.

PME de 15 collaborateurs, la société Hertig Haustechnik AG fait désormais partie du groupe BKW. Quel effet cela fait-il d’être intégré à une grande entreprise? Philipp Hertig, directeur adjoint de la société, met l’accent sur les avantages: «La collaboration avec d’autres sociétés du groupe BKW nous permet d’élargir notre portefeuille de prestations».

Il évoque ainsi le contrat que son entreprise a décroché pour la rénovation du chauffage, de la ventilation et des installations sanitaires de l’école de Berikon. «Nous n’aurions jamais pu nous occuper seuls de ce mandat. Là, nous avons pu exploiter des synergies internes et  bénéficier du savoir-faire technique de Neukom AG.»

Pour le client, avoir un interlocuteur unique pour l’ensemble du mandat constitue un argument décisif. «Quand on parle de synergies, ce n’est pas qu’un discours marketing.

«Ensemble, nous sommes plus forts», Philipp Hertig, directeur adjoint Hertig Haustechnik AG

Sur le marché, cela fait vraiment la différence.» L’acquisition de nouvelles sociétés CVCS permet  à BKW de pénétrer rapidement ce marché. «Les solutions sur mesure sont très demandées. Et c’est exactement ce que nous allons pouvoir optimiser en rejoignant le groupe BKW», ajoute Philipp Hertig en montrant par la fenêtre une autre société CVCS appartenant aussi à BKW, Cantoni Haustechnik AG. «Ensemble, nous sommes plus forts. Nous pouvons nous soutenir mutuellement en cas d’effectifs insuffisants et sommes ainsi plus flexibles», explique-t-il, visiblement satisfait.

Des avantages avant tout

C’est le père de Philipp Hertig qui a fondé la société en 1982. Alors qu’il pourrait théoriquement être propriétaire de la société, il ne regrette absolument pas que celle-ci ait été intégrée il y a quatre ans  à la société Störi AG, puis vendue à BKW: «L’indépendance a aussi ses inconvénients. Cela ne me dérange donc pas du tout que  la société appartienne désormais à un grand groupe.»

Il faut dire que la solide assise financière, le réseau de partenaires et de clients ainsi que le vaste savoir-faire de BKW ont de quoi convaincre. Ce qui lui tient à cœur, c’est que la société puisse garder son nom. «C’est important pour nous, mais aussi pour nos clients, car sur le marché, la relation clients et la réputation régionale jouent un rôle décisif.»

Et comment ressent-il ce changement au niveau personnel? «Je ne vois presque que des avantages à cette reprise. Je rencontre beaucoup de gens, je peux miser sur le savoir-faire de nos partenaires et me développer au niveau professionnel.» Seuls bémols: les tâches administratives qui se sont multipliées et les processus décisionnels plus longs. «Mais c’est à moi de fixer clairement les priorités.»

Stefanie Uwer

Stefanie Uwer

Senior Communication Manager