Artikel teilen auf

Patrick Sopran, Career Starter HR chez BKW, travaille dans un bureau. Un quotidien qui ne l’avait pas préparé à passer trois jours debout au salon bernois de la formation professionnelle (BAM), à répondre à des questions techniques, à régler des problèmes d’intendance ou à surveiller des écoliers en train de grimper à un mât!

A quelques heures de l’ouverture des portes, nous sommes prêts: le matériel d’escalade est installé, les batteries de l’appareil photo et des iPad sont chargées et les fiches métiers bien empilées. Encore un café… et c’est parti!

Mon rôle consiste à renseigner les visiteurs sur les places d’apprentissage proposées par BKW. Les portes du salon à peine ouvertes, je suis assailli de questions par des écoliers, des parents et des professeurs: que fait un géomaticien? Pour quelle raison BKW forme-t-elle aussi des cuisiniers? Quelle est la différence entre un électricien de réseau et un installateur-électricien? Heureusement, j’ai à mes côtés un expert en la matière, qui peut répondre aux questions plus techniques.

Quelques problèmes techniques vite résolus

Mais la véritable attraction du stand BKW, c’est son mât de 8 mètres, auquel on peut grimper et se faire prendre en photo une fois en haut. Si certains le gravissent en quelques prises assurées, d’autres ont plus de peine… Et quand ce ne sont pas les grimpeurs qui me donnent des sueurs froides, c’est la technique. Mince, l’appareil photo n’a plus de batterie! L’imprimante ne reçoit plus les données! Et où a-t-on mis les cartouches d’encre? Heureusement, chaque problème est vite résolu. Pendant ce temps, les écoliers font la queue pour s’équiper de fers à grimper et escalader le mât. Notre stand connaît un grand succès!

Une journée intense

Déjà midi et demi… le rythme se calme petit à petit et je peux faire une pause. Peu habitué à passer la journée debout, j’accueille volontiers ce moment de répit, où je vais pouvoir m’asseoir un moment… avant de repartir. Certains écoliers sont particulièrement motivés et j’ai plaisir à parler avec eux de leur avenir professionnel. A la fin de la journée, on a ainsi de nombreux contacts. A partir de 16h30, la halle se vide progressivement et nous commençons à ranger un peu le stand. Puis, à la fermeture des portes, nous pouvons tout démonter.

J’ai passé trois journées à la BAM. C’était passionnant et je le referais volontiers l’année prochaine!

Patrik Sopran, Career Starter HR

Avatar

Guy Hüsler

Redaktor Digital Experience