Artikel teilen auf

On pensait avoir atteint la limite avec les éoliennes Vestas V90 et leurs pales de 44 mètres – les routes étroites de Suisse n’avaient encore jamais connu transport de matériel aussi long. Que BKW puisse transporter des pales de modèle V112 plus longues encore de onze mètres jusqu’au Mont-Soleil et au Mont-Crosin relève donc d’un véritable défi en matière d’innovation. BKW qui, indirectement, a été l’instigatrice de cet élan. Ces nouvelles pales recèlent d’ailleurs encore d’autres éléments inédits: des «silencieux» et un chauffage.

Pour les gros producteurs d’installations éoliennes comme l’entreprise danoise Vestas, la Suisse est loin d’être aussi intéressante que ses voisins allemand, français et italien, par exemple. Cela est principalement dû au fait que l’on construit beaucoup moins de centrales éoliennes chez nous. Le bilan modeste des deux dernières années parle de lui-même: aucune nouvelle installation.

L’obstacle constitué par notre infrastructure routière est cependant beaucoup moins connu. Elle détermine en grande partie la taille maximale des turbines qui entrent en ligne de compte pour les sites ayant une bonne exposition au vent. En 2013, le premier repowering s’était effectué avec des turbines Vestas V90 dotées chacune d’une puissance installée de 2 MW. Douze de ces turbines tournent depuis sous les vents du Mont-Soleil et du Mont-Crosin. Installées actuellement, les turbines V112 et leurs pales de 55 mètres n’ont par contre pu être acheminées sur les passages les plus étroits des routes suisses que grâce à un système de levage développé spécifiquement pour le repowering – le «Blade-Lifter».

Les pales sont soulevées au-dessus des maisons

Tout simple, le principe de ce système de levage, est utilisé lors du transport de pales lorsque les extrémités qui dépassent sont trop longues pour passer dans les virages les plus étroits. Le système hydraulique soulève alors lentement l’extrémité de la pale à une hauteur maximale de 15 mètres, jusqu’à ce qu’elle puisse avancer, centimètre par centimètre, au-dessus des toits des maisons.

Le «Blade-Lifter» utilisé pour le repowering 2016 est un prototype et n’a pas encore de nom officiel. Il a été développé par l’entreprise néerlandaise Broshuis, en collaboration avec l’entreprise de transport allemande P. Schwandner Logistik + Transport. Bien que ces innovations ne soient pas le résultat d’un contrat attribué directement par BKW, celle-ci en est néanmoins l’instigatrice indirecte. Pour le repowering du site de la centrale éolienne JUVENT, la société d’exploitation JUVENT SA, dans laquelle BKW détient 60% de participations, n’était pas prête à accepter les limites imposées par l’infrastructure routière suisse. Et la solution présentée par le fabricant et ses partenaires logistiques a abouti à un résultat réjouissant: l’acheminement assuré de quatre éoliennes avec une puissance installée de 3,3 MW chacune. Grâce au deuxième repowering, la production annuelle de la centrale éolienne passera donc de 50 à un total de 70 GWh.

Des pales dotées de «silencieux» et de chauffage

Les pales elles-mêmes sont dotées d’une série de nouveautés. Sur le bord arrière, des pointes sont montées sur une longueur d’environ 20 mètres. Elles n’ont aucun impact négatif sur la performance aérodynamique et permettent de réduire les émissions de bruit. Ces «silencieux» aident à réduire encore davantage le niveau sonore aux alentours de la centrale.

Le chauffage intégré aux pales a lui pour objectif d’augmenter la performance. Les trois pales servent à convertir la force du vent en énergie électrique et sont naturellement les pièces les plus exposées au vent et aux conditions météo. Lors de la production pendant les mois d’hiver, les effets de la neige et de la glace ne doivent d’ailleurs pas être négligés. Même une couche de glace très fine sur la pale peut conduire à des changements significatifs dans l’aérodynamique et avoir un impact négatif sur la performance. Le chauffage, qui se règle automatiquement, permet d’éviter que les turbines installées à environ 1250 m au-dessus du niveau de la mer ne soient à l’arrêt plusieurs jours d’affilée en raison du gel alors que les régimes de vent sont favorables.

Quand des centimètres déterminent la réussite du projet

Daniel Stegmann

Daniel Stegmann

Projektleiter Kommunikation bei der BKW