Artikel teilen auf

Comme chaque année, les Journées européennes du patrimoine se sont déroulées au mois de septembre. A cette occasion, des visites guidées et des manifestations ont été proposées dans toute la Suisse les 9 et 10 septembre afin de faire découvrir au grand public la richesse de notre patrimoine culturel. Le thème de cette année était «Héritage du pouvoir» et mettait en lumière des bâtiments ayant eu une influence particulière. Le bâtiment principal de BKW faisait lui aussi partie des visites proposées. Car ce point de vue sur la Viktoriaplatz symbolise non seulement les 124 ans de succès de BKW, mais il constitue aussi un centre névralgique d’urbanisme important et un monument historique d’intérêt architectural.

Le bâtiment administratif de BKW donne sur la Viktoriaplatz et constitue un point d’orgue marquant dans le paysage urbain bernois, sur l’artère reliant la Kornhausplatz à la Viktoriaplatz. Le bâtiment a été construit de 1915 à 1916 par les architectes Walter Bösiger et Max Zeerleder. Mais son histoire commence une vingtaine d’années plus tôt avec la construction du Kornhausbrücke (Pont du grenier) en 1895. Parallèlement à la construction du pont, un édifice monumental était en effet déjà envisagé en point de mire. En 1913, lorsque la Ville de Berne vendit finalement le terrain constructible aux Forces motrices bernoises, l’ancien nom de BKW, ces plans ont été mis à exécution.

Le baroque bernois, une interprétation locale de l’historicisme

Le bâtiment principal de BKW est très caractéristique et évoque l’architecture des châteaux baroques. Le toit en croupe très large est en revanche plus habituel sur les bâtiments ruraux du canton de Berne. Ces modèles contradictoires s’expliquent par les débats architecturaux qui se déroulaient à l’époque. D’un point de vue stylistique, le bâtiment administratif de la Viktoriaplatz peut être rattaché à une époque où l’Art nouveau était déjà en déclin en Europe et où l’on s’interrogeait sur un nouveau style. L’architecture de l’époque est empreinte d’historicisme. Après la construction du Palais fédéral en 1902 dans le style néorenaissance et du théâtre municipal en 1903 dans un style néobaroque, on était à la recherche d’un langage architectural avec des racines régionales plus fortes.

C’est ainsi qu’est apparu le baroque bernois, un néobaroque s’inspirant particulièrement des constructions de la vieille ville. Si celle-ci suit un plan d’ensemble médiéval, la majeure partie des bâtiments sont toutefois de style baroque. Le bâtiment administratif de BKW suit ce style, avec ses formes reflétant clairement la tendance du néobaroque. Parmi les éléments néobaroques du bâtiment, que l’on retrouve également dans de nombreuses constructions de la vieille ville, citons les pilastres répartis sur deux étages, les reliefs en façade qui renvoient à la fonction du bâtiment et les tourelles d’horloge couronnée sur le toit.

De nombreux symboles évocateurs pour un bon observateur

Les onze reliefs entre les pilastres colossaux sont l’œuvre du sculpteur bernois Karl Hänny. Ils traitent du thème de l’eau et de son utilisation. Ils représentent des créatures aquatiques et des personnages de la mythologie, comme le dieu des mers Poséidon avec son trident, tout à droite. Au milieu se trouve son fils Triton, également dieu des mers. Amphitrite, épouse de Poséidon, est représentée à l’extrême gauche. Elle est considérée comme la déesse des mers. Des animaux aquatiques comme des poissons, des crabes, des scorpions et des grenouilles ornent également la façade du bâtiment administratif. Les turbines à côté des poissons évoquent clairement l’exploitation de la force hydraulique. Le phœnix et la salamandre tachetée symbolisent la lumière et le feu. Pris dans leur ensemble, ces symboles incarnent la transformation de l’eau en lumière et en feu – l’histoire de la production d’électricité, en somme.

A l’intérieur: l’héritage du pouvoir

L’intérieur du bâtiment principal de BKW a beaucoup changé suite à d’importants travaux de transformation en 1960. Un bâtiment moderne a alors été ajouté et la cage d’escalier a été rénovée. Seuls le superbe plafond à caissons et les murs en grès rappellent la décoration représentative de la salle de réception d’antan. En revanche, la salle du conseil d’administration au premier étage est restée en grande partie dans son état d’origine. Elle est encore à ce jour le cœur du bâtiment et accueille les discussions sur l’avenir de la société et les décisions importantes. Il n’est donc pas surprenant que les architectes y aient glissé quelques symboles évocateurs. Les deux bandes de reliefs à côté de la porte regorgent de symboles de la force hydraulique et de la production électrique, sous la forme d’animaux aquatiques, de turbines et de roues à eau. Le thème visuel de la façade principale est repris ici. Les doubles pilastres des boiseries ne sont pas en reste: on y trouve notamment deux grotesques symbolisant les vertus de la vérité et de la discrétion. Ils rappellent aux membres du Conseil d’administration d’exercer leur devoir avec honnêteté et discrétion.

Les Journées européennes du patrimoine

Les Journées européennes du patrimoine sont un engagement culturel du Conseil de l’Europe lancé officiellement par ce dernier. Elles sont organisées dans 50 villes européennes. L’objectif de ces journées est de sensibiliser le public à notre patrimoine culturel et à sa conservation. Pour cet événement, les visites sont organisées par les centres pour la conservation du patrimoine et l’archéologie, ainsi que par d’autres organismes et personnes s’intéressant à l’héritage culturel. Les visites guidées du bâtiment administratif de BKW sur la Viktoriaplatz étaient assurées par Hannah Wälti. Elle est historienne de l’art et a consacré son travail de master au bâtiment principal de BKW. Pour la rédaction de cet article, elle a eu l’amabilité de mettre ses travaux de recherche à notre disposition

Ivana Jazo

Ivana Jazo

Redaktorin und Kommunikationsexpertin bei der BKW