Artikel teilen auf

Il suffit de traverser la zone de desserte de BKW pour s’en apercevoir: le nombre de panneaux photovoltaïques installés sur les toits ne cesse d’augmenter. Alors qu’il n’y en avait que 500 en 2010, à l’heure actuelle, ce sont près de 3000 installations qui injectent le courant solaire qu’elles produisent sur le réseau de BKW.

Leur puissance installée totale a enregistré une plus forte hausse encore et s’élève maintenant à 70 MW, soit l’équivalent de 20% de la puissance de la centrale nucléaire de Mühleberg – des chiffres qui viennent confirmer l’importance croissante du photovoltaïque pour l’approvisionnement énergétique de la Suisse.

Cette croissance est due non seulement à l’introduction par la Confédération de la rétribution à prixcoûtant du courant injecté (RPC) ainsi qu’à la baisse constante des coûts d’installation de panneaux photovoltaïques mais également aux efforts de BKW: en proposant des tarifs attrayants pour la reprise de l’électricité ainsi qu’une rétribution des attestations pour le courant solaire permettant aux propriétaires de ne pas devoir attendre de bénéficier de la RPC, l’entreprise a encouragé la construction d’installations photovoltaïques. Dans ce cadre, elle a une fois de plus prouvé sonrôle de pionnière dans le domaine des nouvelles énergies renouvelables.

RPC: une liste d’attente qui reste longue

Alors que le nombre total d’installations photovoltaïques reliées au réseau de BKW a fortement augmenté et que la quantité d’électricité injectée a été pratiquement multipliée par 10, le nombre d’installations pouvant bénéficier de la RPC n’enregistre qu’une hausse relativement faible. Au même titre que quelque 34 500 autres requérants, la grande majorité des nouvelles installations attendent ainsi toujours de bénéficier de la RPC.

Nécessité d’une adaptation tarifaire pour les grandes installations

A cause de cette longue liste d’attente pour la RPC, la rétribution des attestations mise initialement en place par BKW pour assurer le financement temporaire des installations photovoltaïques s’est vue transformée en une subvention de longue durée. Les coûts périodiques annuels qu’elle entraîne pour l’entreprise sont en hausse constante. Parallèlement, le prix de marché n’a cessé de baisser. Pour les 4 dernières années, on peut même parler d’un véritable effondrement. Aujourd’hui, le prix du kilowattheure en Bourse se situe ainsi entre 3 et 4 centimes, contre 11,5 centimes initialement. Pour ces raisons, BKW s’est vue contrainte d’agir en adaptant à la conjoncture le montant de ses rétributions pour les grandes installations. De nombreuses autres entreprises d’approvisionnement en électricité ont également adapté le montant de leurs rétributions aux prix du marché.

Entretien avec Markus A. Meier, chef Produits & Prestations 

Le blog BKW: Monsieur Meier, pourquoi BKW a-t-elle autant diminué le montant de ses rétributions pour la reprise d’électricité photovoltaïque au mois de mars dernier?

Une précision importante à ce sujet pour commencer: le montant des rétributions ne va pas changer pour 85% des installations qui injectent à l’heure actuelle du courant solaire sur notre réseau, comme celles installées sur les toits des maisons individuelles. Seul un petit nombre d’installations photovoltaïques sont concernées par cette baisse.

Le blog BKW: Dans ce cas, qui est touché?

La baisse concerne les grandes installations, c’est-à-dire celles dont la puissance installée est supérieure ou égale à 30KW. Celles-ci sont en effet considérées comme étant à vocation commerciale et nous continuons à leur proposer un environnement adapté. Pour les petites installations construites récemment, le montant de la rétribution n’a enregistré qu’une légère adaptation et demeure nettement supérieur au prix de marché.

Le blog BKW: Ne disposiez-vous pas d’autres options, comme celle de procéder à une baisse progressive de vos tarifs?

Nous avons étudié différentes solutions et, en ce qui concerne les grandes installations, nous avons opté pour un changement clair de système, avec des prix axés sur le marché. En ce qui concerne les petites installations, nous avons suivi les recommandations de l’OFEN. Dans ce cadre, il faut en outre prendre en compte le fait que la rétribution de l’énergie produite ne constitue d’une partie du potentiel de rémunération. En effet, nous offrons également aux exploitants d’installations de plus grande taille la possibilité de vendre la qualité de leur courant, ce qui leur permet de compenser en grande partie la baisse des tarifs pour la reprise de l’électricité.

Le blog BKW: Qu’entendez-vous exactement par «vendre la qualité de leur courant»?

Cela signifie que les producteurs peuvent vendre du courant solaire certifié, et ce à un prix de marché nettement supérieur à celui du courant ne disposant pas d’une garantie d’origine, aussi appelé «électricité grise». En commercialisant la qualité de leur courant, ils voient ainsi augmenter leurs recettes de 4,5 ct./kWh supplémentaires en moyenne, ce qui contribue de manière non négligeable à une amélioration de leur situation financière.

Le blog BKW: Vous comprenez bien que ces adaptations tarifaires n’aient pas été accueillies de manière favorable par les clients et les médias…

Bien sûr, c’est tout à fait compréhensible: qui se réjouit de voir ses revenus diminuer? Pour cette raison, nous cherchons le dialogue avec les exploitants de grandes installations afin de leur expliquer la situation et de les informer de la possibilité de commercialiser des garanties d’origine, ce qui permet de compenser en grande partie la baisse des tarifs de reprise.

Le blog BKW: BKW ne cesse d’affirmer qu’elle soutient la Stratégie énergétique 2050 et qu’elle croit au potentiel photovoltaïque de la Suisse. N’est-ce pas quelque peu contradictoire qu’elle réduise maintenant ses tarifs pour la reprise de l’électricité?

Non, notre décision ne constitue pas une contradiction et s’inscrit dans le droit fil de la stratégie du Conseil fédéral. Au cours des dernières années, Doris Leuthard, la ministre de l’énergie, a en effet plusieurs fois souligné qu’elle voulait développer la commercialisation directe de courant solaire. Or le prix du courant produit par les installations photovoltaïques se rapproche de plus en plus du prix de marché. Quant aux coûts d’installation, ils sont nettement plus bas qu’il y a 5 ans encore. D’un autre côté, il y a courant et courant: la provenance de l’électricité joue un rôle pour le consommateur. En effet, au même titre que beaucoup privilégient l’achat d’aliments produits dans leur région, à l’heure actuelle, un nombre croissant de personnes veulent de l’électricité issue des nouvelles énergies renouvelables et sont prêtes à payer un supplément pour obtenir du courant certifié.

Le blog BKW: Pourquoi ne pas tout simplement utiliser le courant qu’on produit soi-même?

La tendance actuelle chez les producteurs de courant photovoltaïque est clairement à la consommation de leur propre production. Nous voulons encourager cette solution, notamment pour la bonne raison que cela devient de plus en plus facilement réalisable du point de vue technologique. Nous proposons d’ailleurs des produits allant dans ce sens et soutenons activement nos clients qui souhaitent augmenter leur pourcentage d’autoconsommation. Cela permet également d’éviter une envolée des coûts d’extension des réseaux électriques – des coûts qui, soit dit en passant, sont répercutés sur le prix du kilowattheure et sont donc assumés de manière solidaire par tous les consommateurs.

Le blog BKW: Avec un temps d’attente de 7 ans en moyenne, les exploitants doivent s’armer de patience avant de pouvoir obtenir la RPC. Et maintenant, BKW décide de baisser le montant de ses rétributions. Cela ne risque-t-il pas de freiner la croissance du photovoltaïque?

Je ne pense pas. Installer des panneaux photovoltaïques sur son toit est un investissement rentable pour l’avenir. En outre, la possibilité accrue de consommer soi-même le courant qu’on produit constitue sans nul doute une motivation supplémentaire. Cette tendance va se poursuivre – et ce malgré la liste d’attente pour la RPC et la baisse des tarifs de reprise. BKW soutient activement la promotion de l’autoconsommation avec des produits innovants tels que BKW my sun. Nous sommes en effet d’avis que l’autoconsommation est la solution la plus cohérente et la plus judicieuse pour les propriétaires d’installation photovoltaïque.

Ce qui est nouveau, ce qui change

Pour 85% des installations, rien ne change. Les installations photovoltaïques existantes dont la puissance est inférieure à 30kW continueront à bénéficier de rétributions très attrayantes pour l’injection sur le réseau de leur production. Les rétributions pour les nouvelles installations dont la puissance installée est inférieure à 30KW ont quant à elles légèrement diminué. La baisse des rétributions est plus marquée pour les 15% d’installations restantes, c’est-à-dire celles dont la puissance est supérieure à 30kW. Cette baisse ne concerne cependant pas uniquement les installations photovoltaïques mais aussi toutes les installations de production à vocation commerciale dont la puissance est supérieure ou égale à 30kW et qui injectent du courant sur le réseau de BKW (donc également les centrales de chauffage à distance, les groupes électrogènes de secours ou encore les remontées mécaniques).

Pourquoi la limite est-elle fixée à 30kW?

Du point de vue de BKW, cette limite de 30 kW est tout à fait logique et correspond à la pratique courante. L’OFEN prend ainsi régulièrement ce chiffre comme base, par exemple pour le versement de la rétribution unique ou encore pour déterminer la nécessité de l’établissement d’une courbe de charge. Les modèles de prescriptions énergétiques des cantons se fondent eux aussi sur cette limite.

Commercialisation de la qualité du courant

Pour environ 70% des grandes installations, BKW commercialise également la qualité du courant via le système des garanties d’origine. Cela permet d’assurer aux exploitants un revenu supplémentaire, qui vient en partie compenser la baisse des tarifs de reprise. En commercialisant la qualité de leur courant, ces derniers voient ainsi augmenter leurs recettes de 4,5 ct./kWh supplémentaires en moyenne.

BKW veut augmenter la part du courant solaire dans le mix de production suisse afin de permettre à davantage d’exploitants d’installations de toucher une rétribution supplémentaire pour la qualité de leur courant. Les exploitants ont en outre la possibilité de vendre eux-mêmes leur production auprès de la bourse de courant vert.

Tobias Fässler

Tobias Fässler

Leiter Media Relations bei der BKW