Artikel teilen auf

Lorsque vous lirez cette chronique, notre quotidien aura repris un semblant de normalité. Les écoles et certains magasins auront probablement rouvert leurs portes. Et j’espère que la Viktoriaplatz de Berne, d’où je vous écris ces lignes assise à mon bureau du siège aujourd’hui quasiment déserté de BKW, sera plus animée.

Car la crise du coronavirus nous affecte aussi et, en ce printemps 2020, nous force à maintenir entre nous des distances plus élevées que nous le voudrions. Nous faisons face à de véritables défis, tant chez nous qu’au travail. Malgré la situation de ces dernières semaines, BKW continue d’exploiter son infrastructure critique avec fiabilité. Nos centrales électriques ne peuvent pas fermer. Aujourd’hui, la transition numérique que nous avons déployée avec cohérence au cours des dernières années porte ses fruits. Nous pouvons même contrôler nos éoliennes et nos turbines hydrauliques 24h/24 sur un portable depuis chez nous. 

Mais dans de nombreux cas, nous avons besoin de personnel sur place, par exemple lors du démantèlement d’une centrale nucléaire. Pour remettre le réseau en marche en cas de coupures de courant. Pour le négoce d’électricité et l’intégration de l’énergie solaire et éolienne dans le système. Ou encore sur les chantiers de construction et dans les activités de services où travaille la majorité du personnel de BKW. Grâce à une planification réfléchie des fonctions et à des mesures de protection supplémentaires, nous nous assurons que ces travaux essentiels peuvent se poursuivre. 

 Une fois la crise du coronavirus derrière nous, nous pourrons véritablement commencer à exploiter pleinement cette force de notre réseau international.  

C’est au cœur de la crise que se révèle la force de notre stratégie d’entreprise. Nous n’avons pas réalisé les acquisitions de ces dernières années au hasard, mais avons choisi les entreprises selon une logique industrielle. Aujourd’hui, nous voyons à quelle vitesse nos nombreuses filiales se transforment en un nouveau groupe, et à quel point elles parviennent à se compléter, à se soutenir et à se faire avancer mutuellement.  Une fois la crise du coronavirus derrière nous, nous pourrons véritablement commencer à exploiter pleinement cette force de notre réseau international.  

 Le groupe BKW a la capacité d’élaborer des solutions efficaces pour surmonter aujourd’hui et demain les défis posés par la société mondiale. Des solutions pour la lutte contre le changement climatique. Des solutions dans le domaine de l’urbanisation et de la transition numérique. Des solutions pour un avenir où il fera bon vivre. Le groupe BKW dispose de suffisamment de réserves pour survivre à la crise du coronavirus sans aide extérieure.  

 

Mais il n’en demeure pas moins que la pandémie nous touche également, d’une façon ou d’une autre. Elle exige des efforts de notre part. Nous sommes tous sollicités, tant la direction que les 10 000 collaborateurs. Ensemble, nous pouvons relever ce défi. Nous mettons tout en œuvre pour que BKW reste forte pour ses clients, ses collaborateurs et la société dans son ensemble. Nous pourrons ainsi conserver l’élan que nous avons su garder dans cette situation difficile et sortir renforcés de la crise. 

 Les conversations avec les collaborateurs sont plus précieuses que jamais. 

Pendant cette période extraordinaire, je m’intéresse tout particulièrement aux collègues que je retrouve sur place. Par exemple à la cantine presque vide, lorsque je vais y chercher mon café du matin. Ou lorsque je passe devant la réception. Qu’est-ce que les gens ont à raconter? Comment préparent-ils «l’après»? Les conversations avec les collaborateurs sont plus précieuses que jamais. 

 Suzanne Thoma, CEO du groupe BKW

SI Gruen

SI Gruen

Beitrag aus dem Magazin SI Grün der Schweizer Illustrierten im Rahmen einer Zusammenarbeit der BKW mit Ringier / Article du magazine SI Grün de la Schweizer Illustrierte, dans le cadre d’une collaboration de BKW avec Ringier.