Artikel teilen auf

Tout le monde parle du changement climatique. Le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) exige des émissions de CO2 nettes nulles. Les jeunes de #fridayforfuture et la grève climatique mondiale renforce cette demande. Martin Bolliger, responsable du BKW Technology Center, montre comment atteindre cet objectif et en quoi les ménages en profitent.

Allons droit au but: l’objectif d’émissions de CO2 nettes nulles est ambitieux mais réalisable. Il est réalisable grâce à l’amélioration de l’efficacité de la consommation d’énergie et au développement de sources d’énergie renouvelables. Le secteur de l’électricité doit garantir la stabilité des réseaux à toute heure du jour ou de la nuit et tout au long de l’année et fournir un mix énergétique sans avoir recours à des énergies fossiles.

La décarbonisation équivaut à l’élimination des émissions de CO2. Ce gaz à effet de serre se dégage lors de la combustion de sources d’énergie fossile telle que le mazout, l’essence, le gazole, le gaz ou le charbon. On dit que les émissions de CO2 nettes sont nulles lorsque la combustion de sources d’énergie fossile ne dégage pas une quantité plus grande de CO2 que ce qui est incorporé durablement dans la biomasse, les océans, les sols et d’autres matériaux durant la même période. En Suisse, les émissions de CO2 proviennent des transports, du chauffage des bâtiments, de l’industrie, de la gestion des déchets et de l’agriculture.

L’électricité est produite en Suisse à partir de la force hydraulique, de l’énergie atomique et d’une part croissante de nouvelles énergies renouvelables. Elle constitue donc une partie de la solution à la crise climatique. Dans le cas d’applications importantes, l’électricité permet d’obtenir de fortes améliorations de l’efficacité. L’électrification des transports et du chauffage des bâtiments recèle un énorme potentiel. Et elle a déjà commencé.

L’efficacité élimine le gaspillage

Les technologies qui dégagent la même utilité avec moins de ressources s’imposent: en Suisse, environ deux tiers de l’énergie est consommée pour le chauffage des bâtiments, la production d’eau chaude et le transport routier motorisé.

 

 

Dans ces domaines, des technologies efficaces qui évincent du marché les approches conventionnelles se répandent.

  1. Les pompes à chaleur électriques supplantent de plus en plus le chauffage au mazout, au gaz ou à l’électricité directe sur le marché. Pour quelles raisons? La pompe à chaleur produit environ quatre unités de chaleur avec une unité d’énergie électrique en puisant trois unités dans l’air ambiant, dans les eaux souterraines ou dans un autre milieu environnant. Si une pompe à chaleur avait une cheminée, de l’air froid en sortirait. Le propriétaire de la maison économise de l’argent car il ne doit prélever et payer qu’une unité d’électricité au lieu de quatre unités de mazout, d’électricité ou de gaz. C’est pourquoi les pompes à chaleur dominent le marché des constructions nouvelles et des rénovations énergétiques.
  2. Dans les transports, les moteurs électriques remplacent les moteurs à combustion. Pour le même apport énergétique, les voitures électriques délivrent quatre fois plus de puissance d’entraînement qu’avec un moteur à combustion. Les moteurs à combustion (on le soupçonne déjà en raison de leur désignation) dissipent 80% de l’énergie sous forme de chaleur dans le système de refroidissement et dans les gaz d’échappement, si bien que moins de 20% de l’énergie est mise en œuvre pour faire avancer la voiture. Désormais, tous les constructeurs automobiles de renom misent sur la nouvelle technologie et l’offre devient sans cesse plus large et plus intéressante.

L’efficacité énergétique signifie aussi faire bon usage de l’argent

Le remplacement de sources d’énergie fossiles par des solutions efficaces et renouvelables dans le domaine de la mobilité et du chauffage est une façon de réduire considérablement l’utilisation d’énergie, les émissions de CO2 et les dépenses. Moins d’énergie est consommée et celle-ci peut être produite à partir de sources renouvelables neutres en CO2.

Chaque ménage qui passe de l’utilisation inefficace de sources d’énergie fossiles au déploiement efficace d’électricité économise non seulement de l’énergie, du CO2 et de l’argent mais fait aussi partie de la solution à la crise climatique.

 

A suivre... Les énergies renouvelables évincent les sources d’énergie fossiles

Même si cela ne se produit pas du jour au lendemain, à moyen terme, nous faisons le bon choix lorsque nous décidons de remplacer des sources d’énergie fossiles par l’amélioration de l’efficacité et par des énergies renouvelables. L’évolution actuelle fait état d’une croissance dans le solaire, l’éolien, la force hydraulique, la biomasse et la géothermie alors même que des centrales nucléaires et des centrales au charbon sont démantelées. Des informations supplémentaires à ce propos seront publiées sur le blog BKW le mardi, 9 avril.

Le BKW Technology Center

Martin Bolliger, l’auteur de cet article de blog, dirige le BKW Technology Center. Ce dernier se concentre depuis 2014 sur des sujets de recherche liés à la mégatendance de la décentralisation et de la décarbonisation de la production d’énergie. Il s’intéresse en particulier aux effets de cette mégatendance sur les points suivants:

  • Le réseau de distribution électrique
  • La technique du bâtiment et la mobilité
  • La révision de modèles commerciaux et des rôles

Concrètement, les projets se focalisent sur le stockage et la flexibilité, la numérisation et les réseaux intelligents, le couplage sectoriel et Power2X, la blockchain et le négoce local, le contracting, l’énergie solaire, HomeEnergy, la gestion du cycle de vie, l’électromobilité, l’optimisation de l’autoconsommation, etc.

Dans le cadre du Swiss Competence Center for Energy Research (#sccer), d’importantes nouvelles connaissances pouvant être mises en œuvre par l’industrie ont été acquises avec des hautes écoles.

Martin Bolliger

Martin Bolliger

Martin Bolliger est responsable de BKW Technology Center et s’occupe de divers aspects de l’avenir énergétique. Ses domaines de travail principaux sont l’énergie solaire, le stockage et l’électromobilité. Cela fait 20 ans qu’il roule en voiture et vélo électriques.