Artikel teilen auf

Lorsqu’une opportunité se présente, il faut la saisir: Mohammad Nour Albdullah, apprenti projeteur en technique du bâtiment chez ahochn, a dû fuir la guerre en Syrie, abandonnant ainsi ses rêves professionnels. Avec beaucoup de zèle et un peu de chance, il a pu se rapprocher du métier de ses rêves.

«Je ne parle pas très bien l’allemand», nous dit Nour dans un allemand parfait. Sa modestie le rend encore plus sympathique. Agé de 23 ans, ce jeune Syrien est en Suisse depuis trois ans et demi. En août, il a débuté son apprentissage de projeteur en technique du bâtiment ventilation CFC chez ahochn. Malgré un parcours semé d’embûches, il n’a jamais perdu sa joie de vivre.

Impasses et nouvelles perspectives

Nour – Mohammad de son vrai prénom, mais Nour pour tout le monde – a grandi à une vingtaine de kilomètres de Damas, la capitale de la Syrie. Après son baccalauréat, il s’est inscrit en économie à l’université. Pourtant, sa passion était autre: il voulait être ingénieur. Ou architecte. Alors que son rêve était à bout touchant, la guerre en Syrie a tout détruit. Le jour où il devait passer son examen d’admission pour entrer en architecture, un barrage routier l’a empêché de rejoindre Damas.

Sa fuite vers la Suisse, puis le programme de soutien «TransFer» lui ont redonné espoir quant à sa carrière. Ce programme soutient de jeunes réfugiés reconnus et des personnes au bénéfice d’une admission provisoire dans leur recherche d’une formation. Chez «TransFer», Nour a bénéficié pendant une année de cours de base, de coaching en matière de candidatures et, surtout, il a pu se familiariser avec le système de formation et la culture du travail en Suisse. Ces nouvelles connaissances l’ont préparé au monde professionnel.

Accéder au métier de ses rêves

Au cours des derniers mois, Nour a effectué plusieurs stages en vue d’un apprentissage: dessinateur en bâtiment, dessinateur en génie civil et enfin projeteur en technique du bâtiment chez ahochn. Il y a trouvé ses marques: les gens, mais aussi l’intérêt des projets et des tâches à effectuer l’ont séduit. Pour Nour, c’est un grand rêve qui s’est réalisé quand ahochn lui a proposé de faire un apprentissage à l’issue de son stage. «BKW au quotidien, c’est une entreprise qui offre une chance de réaliser son rêve.» Nour a déjà des projets pour la suite: après son apprentissage, il veut faire des études d’ingénieur dans une haute école. Le métier de ses rêves est à nouveau à portée de main.

Ivana Jazo

Ivana Jazo

Redaktorin und Kommunikationsexpertin bei der BKW