Artikel teilen auf

Photos: David Birri

Créer un intérêt touristique avec des moyens limités: la commune valaisanne de Saas-Grund relève brillamment le défi.

Ce n’est pas pour rien qu’au siècle dernier, la bonne société se rendait en montagne en quête de fraîcheur estivale: à chaque mètre d’altitude gagné, la chaleur oppressante de l’été diminue, l’air devient plus léger et la température, agréable. De plus en plus de citadins en font également l’expérience aujourd’hui et souhaitent passer l’été dans les montagnes. Ainsi, le village de Saas-Grund (VS) accueille désormais presque autant de visiteurs en été qu’en hiver. Il en allait encore tout autrement il y a dix ans, lorsque les montagnes ne suscitaient l’intérêt qu’une fois recouvertes de neige. A l’évidence, les petits villages de montagne ont tout intérêt à s’adapter à ce changement. Bruno Ruppen, président de la commune de Saas-Grund, l’entend bien de cette oreille lorsqu’il affirme que son village doit avoir «quelque chose à offrir».

Tandis qu’il représentait le cœur de toute la vallée de Saas, le village se trouve désormais dans l’ombre de la station bien connue de Saas-Fee. «Par rapport à la station, nous sommes une destination parfaite pour les familles: Saas-Grund est un lieu agréable où les gens se connaissent et qui dispose de nombreux hébergements pour les groupes et de logements de vacances», explique Bruno Ruppen. Mais, tout comme de nombreuses familles, la commune doit composer avec un budget limité: les besoins en investissements sont importants, mais les recettes fiscales d’une commune de 1000 habitants comme Saas-Grund n’offrent qu’une certaine marge de manœuvre.

Bruno Ruppen, pésident de commune, souhaite développer une offre pour les familles et les groupes.

«Nous devons forcément veiller à investir judicieusement nos ressources limitées et à tirer le plus grand parti du moindre franc», précise le président de commune, ancien chimiste dans l’entreprise Lonza et désormais retraité. C’est ainsi que le partenariat avec BKW Valais, fournisseur d’énergie et de prestations énergétiques, a vu le jour. «Contrairement à une ville, notre conseil communal et notre administration ne comprennent pas de spécialistes pour tout. Voilà pourquoi nous avons besoin d’un partenaire fiable qui nous assiste dans les projets de réfection et de rénovation d’infrastructures.» Par exemple, en matière de contrôle préalable, d’appels d’offres ou de conseils sur la faisabilité technique.

C’est ce qui s’est passé notamment pour le projet d’illumination de Saas-Grund, dont Bruno Ruppen est particulièrement fier: «Nous avons donné une nouvelle vie à la place du village et souhaitions également rendre les accès plus attrayants.» Un nouvel éclairage a donc été installé depuis quelques semaines: des spots LED placés au sol éclairent les murs de pierre du cimetière et du vieux clocher avec Saint Joseph. En outre, les lampes utilisées jusqu’alors ont été remplacées par des triples spots. «Ils ont été conçus spécialement pour nous», précise Bruno Ruppen, qui s’est par ailleurs entendu dire que les spots ressemblaient à des pommeaux de douche. Cela le fait rire. «Ce n’est pas faux. Mais tout le monde reste admiratif lorsque la nuit tombe et que le chemin, le clocher et la place sont éclairés de différentes couleurs.»

Le nouvel éclairage composé de triples spots variables a été conçu spécialement pour la place du village.

Et, comme souvent dans un petit village, le président de commune a nommé quelques jeunes villageois en tant qu’experts de l’éclairage, chargés de tester désormais les plus belles variations de couleurs. Pour Bruno Ruppen et ses collègues du conseil municipal, il est également important que leur investissement soit durable. L’éclairage de la place du village est un projet qui leur tient à cœur. Néanmoins, il est également prévu de moderniser l’éclairage des voies publiques, un projet qui relève surtout de la sécurité. «A cet égard, nous veillons aussi à réduire au minimum la pollution lumineuse et à diminuer la consommation d’énergie par rapport à la consommation actuelle», explique Martin Burgener, interlocuteur de BKW pour Saas-Grund. Selon lui, le rôle de BKW consiste à faire des propositions aux communes afin qu’elles bénéficient de solides bases pour prendre leurs décisions. «Elles décident ensuite à qui confier la livraison ou l’installation», souligne-t-il.

Théâtre et cinéma en plein air, matchs du mondial de foot: la tribune installée sur la place du village a donné de l’attrait au cœur de Saas-Grund.

Autre projet en cours: une centrale sur réseau d’eau potable. L’eau est collectée et turbinée en montagne, puis elle est dirigée dans le réservoir d’eau potable. «Les travaux doivent commencer l’année prochaine», précise Bruno Ruppen. La commune attend encore d’être intégrée au programme d’encouragement de la Confédération pour la production durable d’énergie. La rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) est un instrument de la Confédération qui encourage la construction de mini-centrales hydroélectriques. Le développement d’une telle centrale permettra au village de Saas-Grund de produire du courant pour quelque 300 ménages. La commune souhaite aussi renforcer son image en adoptant une approche respectueuse de la nature.

Vue sur le village de Saas-Grund qui s’étend sur presque deux kilomètres.