Artikel teilen auf

Depuis le début de l’année, le BKW Technology Center organise des lunch-conférences à l’attention des collaborateurs sur le thème du tournant énergétique, qui est décrypté sous ses aspects techniques et scientifiques, mais aussi des points de vue du marché, du réseau, des clients, de la production et en termes de pronostics à long terme. Des sandwiches et des fruits sont à disposition à chaque conférence. L’occasion de découvrir des sujets d’actualité, d’apporter des éclairages sur certains points et d’échanger. Car le thème du tournant énergétique est vaste et la notion difficile à cerner tant elle implique de facteurs technologiques et sociétaux. L’approvisionnement en énergie doit être repensé et réorganisé si nous voulons passer des énergies fossiles, épuisables, aux énergies renouvelables. Le système évolue, notre quotidien aussi. C’est également le cas de notre travail chez BKW, puisque nous allons quitter le terrain des grandes installations – comme celle de Mühleberg, qui est toujours en exploitation. Dans ces installations, des gens travaillent et mettent tout en œuvre pour produire de l’électricité de façon sûre et fiable. L’avenir est à la production renouvelable et décentralisée, ainsi qu’aux prestations. Anton Gunzinger, qui s’est exprimé sur le sujet en mai, nous en a convaincus.

Martin Saxer, directeur de la centrale nucléaire de Mühleberg, a été notre premier intervenant au printemps. Dans son exposé, il a surtout été question des hommes et des femmes qui accordent leur quotidien en fonction des évolutions technologiques, stratégiques et politiques, et s’efforcent de concilier vie professionnelle et vie privée. Des hommes et des femmes qui, habitués à la critique, savent qu’ils peuvent se retrouver au cœur de l’actualité à chacune de leurs déclarations en lien avec leur travail. Le tournant énergétique, c’est aussi le moteur d’un processus de remplacement  d’une technologie existante. Que se passera-t-il quand la centrale de Mühleberg sera déconnectée du réseau en 2019? Son arrêt sonnera-t-il la disparition d’une profession qui a existé durant près de 40 ans ou la naissance d’une nouvelle activité centrée sur le démantèlement des grandes centrales nucléaires du 20e siècle et le stockage des différents éléments pour l’éternité (ou presque)? Dans le cadre de son quotidien professionnel et au regard des conditions posées par la société, Martin Saxer et ses collaborateurs participent au tournant amorcé dans le domaine de l’électronucléaire.

Le tournant énergétique induit des modifications au niveau de notre réseau de distribution, de nos produits, du marché de l’électricité, et même de notre mobilité. Personne ne l’a aussi bien montré qu’Elon Musk, fondateur de Tesla Motors, qui a réinventé l’automobile avec ses berlines électriques haut de gamme. Ce n’est toutefois pas lui qui est venu présenter la société Tesla après la pause estivale, mais Jochen Rudat, Country Director Suisse. Pour qu’Elon Musk en personne se déplace, il faudrait qu’une conseillère fédérale soit présente dans le public. Drôle de coïncidence, on a pu voir notre CEO, Suzanne Thoma, se rendre à sa prochaine réunion juste après cette conférence à bord d’une Tesla Model S, en compagnie de… la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga.

Les produits que nous développons ne se limitent plus à la fourniture d’une tension et d’une fréquence ni à la facturation annuelle de la quantité d’énergie prélevée. Notre offre comprend diverses prestations axées sur l’utilisation efficace de l’énergie produite, négociée et distribuée. Les nouvelles possibilités qu’offrent la production et l’injection de l’énergie renouvelable issue des unités de production décentralisées en termes de prestations nous ont été présentées par le chef Produits et prestations. Le responsable Grid Solutions a quant à lui expliqué quelles étaient les répercussions des énergies renouvelables sur le réseau et comment nous pouvons éviter la surcharge des infrastructures, de façon classique via les câbles en cuivre, ou de façon intelligente via des régulateurs de tension, des transformateurs, la puissance réactive, des unités de stockage, ou encore des systèmes de réglage.

La salle était pleine à craquer le 29 octobre lors de l’exposé de la  cheffe de l’unité commerciale Eolien. Etaient-ce la thématique, la personne – ou les deux – qui ont suscité autant d’intérêt? Au lieu des 80 personnes inscrites, 100 personnes sont venues débattre avec passion sur le sujet de l’éolien. Aujourd’hui déjà, les éoliennes de BKW totalisent la puissance installée de la centrale nucléaire de Mühleberg. Leur développement est prévu dans les années à venir, la stratégie de BKW misant largement sur la production d’électricité renouvelable. D’ici à 2023, ces installations devraient produire un milliard de KWh, constituant une base solide pour le tournant énergétique. Elles se situeront en Allemagne, en Italie et à Mont-Crosin dans le Jura, où BKW développe un savoir-faire indispensable pour son activité à l’international. Les prestations jouent là encore un rôle essentiel. De par son expérience et son intégration verticale (de la planification des projets au négoce d’électricité, en passant par la construction, l’exploitation et la maintenance), BKW est à même de proposer à ses clients actuels comme futurs une valeur ajoutée exclusive. L’exemple de l’Allemagne, où l’éolien représente 15% du mix d’électricité, montre que la part de l’éolien peut être accrue. Le développement limité de l’éolien en Suisse s’explique avant tout par la topographie, mais aussi par la structure de l’habitat et le tissu social. Certains sites pourraient entrer en ligne de compte mais font l’objet de mesures de protection (paysage, faune avicole). D’autres ne présentent que de faibles perspectives de rendement en raison de leur situation topographique. Nous voilà donc revenus au point de confluence entre des considérations technologiques, sociétales politiques et géographiques, c’est-à-dire précisément là où le tournant énergétique se joue. Affaire à suivre…

Martin Bolliger, Project Manager, BKW Technology Center

Avatar

Martin Bolliger

Martin Bolliger est responsable de BKW Technology Center et s’occupe de divers aspects de l’avenir énergétique. Ses domaines de travail principaux sont l’énergie solaire, le stockage et l’électromobilité. Cela fait 20 ans qu’il roule en voiture et vélo électriques.