Artikel teilen auf

La semaine dernière, des tronçonneuses sont entrées en action au-dessus de la Chalberhöni, dans le district de Saanen (Gessenay), non pas pour abattre des arbres, mais des poteaux en bois. Quatre monteurs de réseaux de BKW ont ainsi démonté l’ancienne ligne électrique 0,4 kV entre les lieux-dits Chalberhöni et Hindere Eggli. La nouvelle ligne sera enterrée, comme la plupart des lignes basse et moyenne tension du réseau de distribution de BKW.

Le poteau en bois situé légèrement en contrebas de la route menant au Hindere Eggli aura tenu bon par tous les temps pendant 48 ans. Il n’a fallu que quelques secondes pour le mettre à terre avec la tronçonneuse. Stefan Annen, chef de groupe adjoint du point d’appui Gstaad, a coupé le poteau à la même hauteur que les piquets situés juste à côté afin que l’agriculteur voisin puisse s’en servir pour clôturer sa parcelle. «Ici, on voit qu’un pic s’est attaqué au bois», explique-t-il en nous montrant les trous dans la partie du poteau qui gît sur le sol. On peut aussi y voir des fissures. «Comme le bois est traité, le poteau aurait encore tenu pendant de nombreuses années», précise Stefan Annen. La partie basse du poteau, où le bois est le plus en contact avec l’humidité, est en outre recouvert d’une couche de goudron. «Aujourd’hui, seuls l’utilisation de produits écologiques est autorisée pour l’imprégnation du bois, ce qui raccourcit nettement la durée de vie des poteaux», précise Stefan Annen.

Démontage de trois kilomètres de ligne

Une fois les isolateurs dévissés, deux apprentis électriciens de réseau tirent le poteau en bois jusqu’à la route la plus proche grâce avec un engin appelé dumper sur chenilles. Pendant ce temps, Stefan Annen enroule les quatre fils de cuivre de la ligne 0,4 kV sur une bobine mécanique fixée à l’avant de son véhicule tout terrain, un système qu’il a lui-même mis au point. Quant au quatrième coéquipier, il veille à ce que les fils ne s’emmêlent pas dans les buissons pendant la procédure. Le travail avance vite. En quelques jours, les quatre hommes ont abattu 15 poteaux en bois et enroulé 600 mètres de câbles conducteurs entre les lieux-dits Chalberhöni et Hindere Eggli. Ce sont les derniers travaux de démontage réalisés dans le cadre de ce projet. L’an dernier, la même équipe avait déjà démonté les lignes aériennes 16 kV de Gstaad-Eggli et de Eggli-Chalberhöni.

Moins de travaux de maintenance et moins de pannes

Les importants travaux de maintenance ne sont pas la seule raison qui a motivé BKW à enterrer ces lignes aériennes. «Les poteaux en bois plus récents ne sont pas traités et doivent être changés tous les 25 ans environ», nous explique le responsable de projet Bernhard Aegerter dans son bureau du point d’appui de Gstaad. «A cela s’ajoutent les travaux d’élagage nécessaires pour bien dégager les supports de ligne.» Mais ces lignes, qui traversaient principalement des zones forestières montagneuses étaient particulièrement soumises aux intempéries et donc sujettes aux pannes. Bernhard Aegerter sort un album et nous montre des photos des dégâts causés par le fœhn de 1962 et par les tempêtes Vivian et Lothar. «Avec les lignes souterraines, nous aurons assurément moins de pannes», affirme-t-il. Un point important pour la région. De ces lignes dépendent en effet le domaine skiable de Eggli et la ligne de raccordement du domaine de la Videmanette, qui ont tous deux besoin d’un approvisionnement en électricité fiable.

Des gaines posées directement par la machine

Pour enfouir les nouvelles lignes, aucune tranchée n’a dû être creusée. Au lieu de cela, les gaines ont été directement posées à l’aide d’une machine spéciale adaptée au terrain. Celle-ci a ainsi creusé dans la terre une fine entaille et enfoui la gaine au fur et à mesure qu’elle avançait. Sur un tronçon du tracé, il a même été possible d’enfouir deux gaines en même temps. Les monteurs ont ensuite enfilé les câbles dans les gaines. «Grâce à cette technique, les dommages causés aux cultures sont minimes pour les propriétaires fonciers», explique Bernhard Aegerter, «et cette méthode permet d’enfouir jusqu’à 400 mètres de gaine par jour.» Une technique donc nettement plus économique et écologique que l’ancienne, si l’on en croit ce spécialiste. BKW opte de plus en plus pour la mise sous terre de lignes aériennes sur le réseau basse et moyenne tension, les moyens mis en œuvre étant en effet moins important que pour le réseau haute tension. Aujourd’hui, près de 52% des lignes 16 kV et 87% des lignes 0,4 kV du réseau de distribution de BKW sont enterrées.

Christine Klinger

Christine Klinger

Projektleiterin Kommunikation bei der BKW