Artikel teilen auf
© EMPA

La carrière de Péry, dans le Jura bernois, se trouve à 1020 mètres d’altitude. C’est ici que le plus grand et le plus puissant véhicule électrique à roues alimenté par batterie du monde alterne les montées et les descentes. ISP, une filiale de BKW, a réalisé les stations de recharge et de décharge de l’eDumper.

Un paysage dénudé, des pierres, de la neige, de la glace et de la boue. C’est à peu près comme cela que l’on s’imaginerait la surface de la Lune. Cependant, nous ne nous trouvons pas sur la Lune, mais dans la carrière La Tscharner de Ciment Vigier à Péry, dans le Jura bernois. Ici, il n’y a pas de vaisseaux spatiaux, mais des camions à benne de plusieurs tonnes: sept tombereaux se faufilent sur les chemins boueux. Mais attention! Un des sept est un eDumper. Avec un «e» au début, car il est électrique. C’est le plus grand et le plus puissant véhicule électrique à roues alimenté par batterie du monde et il permet d’économiser 50 000 litres de gazole par an.

Une virée avec le Lynx

Nous faisons de l’eDumper-stop et il s’arrête pour nous. Le conducteur, l’un des quatre hommes qui ont le droit de le conduire, nous emmène faire un petit tour. Maintenant que nous avons ce tombereau juste devant nos yeux, nous nous rendons vraiment compte de sa taille. Ses roues géantes, avec ses chaînes à neige tout aussi grandes, font forte impression. Nous percevons toute la hauteur de la cabine lorsqu’il faut grimper à bord de ce monstre vert. Nous gravissons neuf marches et nous nous retrouvons dans le cœur du Lynx. C’est ainsi que se prénomme l’eDumper.

La piste monte. 58 tonnes se déplacent tranquillement, sans aucun bruit de moteur ni de gaz d’échappement. A la place, de nombreuses indications lumineuses s’affichent sur un petit écran, dont l’état de la batterie. Le conducteur voit aussi sur cet écran comment son camion est chargé de roches de marne et de pierres calcaires. Cette procédure ne dure que quelques secondes et déjà, il entame la descente avec un poids total dépassant les 100 tonnes. Et le meilleur: en montant, l’eDumper consomme de l’énergie, puis il recharge sa batterie par récupération pendant la descente lorsqu’il est entièrement chargé.

Une station de recharge d’ISP

«Ciment Vigier et BKW entretiennent un partenariat de longue date dans différents domaines et nous approvisionnons notamment l’entreprise en électricité», explique Xaver Bouvard, Key Account Manager chez BKW. ISP Electro Solutions AG, une filiale de BKW, a mis en place l’infrastructure de recharge et de décharge pour l’eDumper.

Bernard Kernen souligne également la bonne coopération avec BKW. Il est responsable de 20 personnes sur la carrière La Tscharner. A partir de 6h30 le matin et jusque tard dans la soirée, les hommes extraient jusqu’à 5000 tonnes de pierres calcaires et de roches de marne avec leur équipement lourd. Au sujet de l’eDumper, il ajoute: «Nous avons entièrement intégré le véhicule à notre système. Il est utilisé exactement de la même façon que les six autres tombereaux conventionnels équipés d’un moteur diesel.» Son comportement de conduite est légèrement différent des camions à benne normaux: l’eDumper réagit de manière plus sensible. En conséquence, les conducteurs doivent surveiller en permanence les nombreux appareils de mesure. «Par exemple, la température de la batterie ne doit pas dépasser 36 °C; sinon, sa durée de vie diminue», déclare Bernard Kernen. «Et que ce soit en montée ou en descente, il faut toujours garder un œil sur la vitesse.»

Xaver Bouvard (Key Account Manager BKW, gauche) et Bernard Kernen (carrière La Tscharner).

Le Lynx, la star des médias

L’eDumper est déjà en service depuis bientôt un an dans le Jura bernois. Lorsqu’il a fait ses débuts en avril 2019, il a rencontré un grand intérêt médiatique. Que ce soit dans le Spiegel en Allemagne, CNN International, Business Insider ou l’émission «Top Gear» de la BBC ainsi que dans des journaux suisses tels que Bund ou Blick: tous ces médias et bien d’autres encore ont parlé du «colosse vert» (Bund). Pendant sa première année, l’eDumper est devenu une véritable star médiatique.

Par exemple, «Top Gear» a écrit au sujet des tombereaux qu’ils «sont des bêtes crasseuses, non seulement parce qu’ils passent leur vie à rouler dans des carrières malpropres, mais aussi parce qu’ils sont propulsés par de gigantesques moteurs diesel». Avant d’ajouter à propos de l’eDumper: «Ce camion fantastique est là pour changer la donne sur ce dernier point. Parce qu’il est électrique.»

La batterie est aussi puissante que sept Tesla

Quelques chiffres montrent de façon saisissante à quel point les batteries du tombereau électrique sont puissantes: la plus grande batterie jamais produite pour un véhicule électrique a été installée sur l’eDumper. Avec ses 4,5 tonnes, elle pèse autant que deux voitures particulières. Et elle peut emmagasiner 600 kWh d’électricité, c’est-à-dire autant que sept Tesla dans leur version la plus chère. En dix ans, ce camion issu de la transformation d’un tombereau diesel usagé doit transporter 300 000 tonnes de pierres et éviter d’émettre 1300 tonnes de CO2 et de consommer un demi-million de litres de gazole.

Ce camion écologique a été conçu par différents partenaires industriels en collaboration avec la Haute Ecole spécialisée bernoise BFH, la Haute Ecole technique NTB de Buchs et l’Empa.

Et ce n’est pas seulement la conception de l’eDumper d’eMining AG qui a été réalisée en Suisse, les composants installés sont eux aussi en partie issus de PME suisses. La transformation proprement dite s’est déroulée chez Kuhn Suisse SA à Lommis (TG) et à Heimberg (BE). Le moteur synchrone (Oswald Motoren GmbH), la transmission (Puls Getriebe GmbH), les batteries (Lithium Storage GmbH) et l’onduleur (Aradex AG) sont tous des fabrications sur mesure réalisées à partir de produits industriels de dernière génération. Ils ont été intégrés à l’automne 2017 au châssis d’un Komatsu HD 605-7. Les pompes hydrauliques pour le système de freinage multidisque, l’entraînement pour le basculement et la mise en précontrainte du système de freinage auxiliaire sont actionnés par un moteur électrique de 200 kW fabriqué dans l’Oberland bernois (Brienzer Motoren AG). Les quatre blocs de l’accumulateur d’une puissance de 600 kWh sont disposés dans le compartiment moteur et à la place du réservoir de carburant. Le projet a été soutenu par l’Office fédéral de l’énergie OFEN.

Markus Ehinger

Markus Ehinger

Senior Editor