Artikel teilen auf

Vendredi, Luana Flütsch a fait ses débuts en Coupe du monde lors du combiné alpin dames à Lenzerheide. Malgré une chute en bas de piste, la jeune skieuse de talent en redemande et aborde l’avenir avec confiance.

Comment te sens-tu après tes débuts en Coupe du monde?

Bien. Je n’ai malheureusement pas franchi la ligne d’arrivée, mais cette journée n’en reste pas moins une expérience positive pour moi. Malgré mon erreur, j’ai passé un bon moment.

Qu’as-tu ressenti au moment de décrocher?

J’étais d’abord agacée, car ça faisait longtemps que je n’avais pas chuté. Je me suis tout de suite dit que j’avais manqué de lucidité. Mais j’ai rapidement chassé ces pensées en voyant que j’avais réalisé de bons chronos intermédiaires jusqu’alors.

Est-ce que la nervosité a joué un rôle?

Non, pas du tout. Dès le départ, j’ai décidé de prendre des risques, de chercher la ligne idéale. J’ai manqué de chance en bas des pistes.

Quel était ton objectif au portillon de départ?

Je ne visais aucun classement précis. Je me disais juste que ce serait bien d’être dans le top 30. Je voulais surtout faire une belle prestation, comme j’ai pu le faire dernièrement en Coupe d’Europe.

Pour tes débuts ici, tu skiais à domicile, devant ton public. Qu’est-ce que cela signifie pour toi?

C’est sûr que cela a rendu l’expérience encore un peu plus spéciale. Une première participation en Coupe du monde est déjà en soi quelque chose de très particulier. Mais à domicile, où tous ceux qui me sont chers ont pu venir et être à mes côtés, cela prend une toute autre dimension. C’est super cool.

Est-ce que skier devant sa famille et ses amis ajoute de la pression? Ou est-ce que cela n’a aucune influence?

Non, pour moi ça ne change rien. Au contraire. Je savais que ma famille et mes proches étaient là et vibraient avec moi. C’est un sentiment très positif.

Qu’est-ce qui est différent lors d’une course en Coupe du monde, au plus haut niveau?

J’ai tout de suite remarqué qu’il y avait clairement plus de caméras et de spectateurs par rapport à la Coupe d’Europe. C’est différent de s’élancer en Coupe du monde, parce que cela attire beaucoup plus d’attention.

Comment vis-tu ta sortie, et plus généralement les revers?

C’est frustrant, bien sûr. J’ai connu de nombreuses désillusions l’an passé. Ne pas réaliser la performance que l’on vise, c’est agaçant. Mais tout à bien commencé cette saison, après une super préparation estivale. C’est pourquoi je me sens vraiment bien et je veux tout donner pour continuer à m’aligner au départ avec le même plaisir.

Quels sont tes prochains objectifs?

Je veux bien terminer la saison en Coupe d’Europe. J’espère remonter au classement et faire mieux que mon record personnel dans le top 7. Et pourquoi pas obtenir une place sur le podium?

Qu’est-ce qui motive et te donne de l’énergie?

C’est quand je suis sur les skis et que je prends mon élan. Je me dis alors: le ski, c’est super, et je suis plutôt bonne à ça. Cela me donne l’énergie et l’envie de repousser encore mes limites. Le ski, c’est tout simplement génial!

BKW, sponsor officiel de Swiss-Ski

BKW est un sponsor officiel et le partenaire durabilité de l’association Swiss-Ski. En tant que sponsor individuel de Luana Flütsch, BKW se réjouit des débuts prometteurs de cette jeune skieuse de talent à l’occasion de la Coupe du monde.

En savoir plus

Stefanie Uwer

Stefanie Uwer

Kommunikationsmanagerin bei der BKW