Artikel teilen auf

En montagne comme dans le monde virtuel, Rolf Brand se sent chez lui. Le technicien primaire de BKW Engineering utilise les avantages du numérique, qu’il planifie avec le BIM ou prépare un tour en montagne.

Vous voulez passer une agréable soirée chez vous. De quoi avez-vous besoin? Rolf Brand en a récemment discuté avec son frère. «De mon téléphone portable», a déclaré ce dernier. Ça a fait rire Rolf: pour lui, une soirée sans téléphone portable n’est pas un problème. S’il est connecté pour son travail, il arrive très bien à rester hors-ligne dans sa vie privée. La soirée parfaite selon lui? Lire un livre documentaire ou faire griller un morceau de viande.

«Mais imagine un peu», rétorque Rolf Brand à son frère, «tu aurais un téléphone portable, mais pas de courant!»

Le nouveau poste de couplage

Et en courant, il s’y connaît. S’il y a toujours de l’électricité qui sort de la prise, c’est grâce à lui et à ses collègues de BKW Engineering à Ostermundigen, près de Berne. L’un des projets auxquels participe ce spécialiste en technique primaire est la rénovation du poste de couplage de la sous-station de Deisswill.

«A l’écran, je place le nouveau poste de couplage dans le bâtiment et j’en fais deux variantes que je transfère au responsable du sous-projet.»

Les postes de couplage, qui distribuent le courant du réseau de transport aux ménages, doivent être rénovés environ tous les 40 ans. Dans la sous-station de Deisswil, le poste de couplage est reconstruit au sein de la structure existante. Les bâtiments qui abritent l’installation ont en effet une durée de vie plus longue.

Le modèle 3D

Auparavant, un architecte avait besoin de nombreux plans sur papier qu’il devait transmettre à toutes les parties prenantes. Mais aujourd’hui, à l’ère du Building Information Modeling (BIM), seuls un nuage de points numérique et le modèle associé sont encore nécessaires. Le nuage de points nécessite une capacité de stockage de 359 gigabits.

«La planification numérique rend plus rapide. En travaillant plus en réseau, nous identifions les problèmes plus tôt.»

Dans ce modèle numérique tridimensionnel, Rolf Brand peut zoomer et dézoomer avec la souris (plus d’informations dans l’encadré ci-dessous). Il peut se déplacer virtuellement, placer le nouveau poste de couplage dans le bâtiment, le visualiser sous tous les angles, et mesurer les murs, les volumes, les angles et les distances au centimètre près. «A l’écran, je place le nouveau poste de couplage dans le bâtiment et j’en fais deux variantes que je transfère au responsable du sous-projet.»

En montagne comme au bureau

Rolf Brand exploite aussi les possibilités du numérique pour sa passion: «J’aime beaucoup être en montagne.» En préparation d’une marche, il affiche à l’écran le dénivelé de ses parcours, ouvre le radar météorologique et vérifie les conditions d’enneigement.

Que ce soit pour planifier un tour en montagne ou une sous-station avec le BIM: «La transition numérique simplifie le processus.» Selon lui, les informations numériques améliorent la sécurité. «La planification numérique rend plus rapide. En travaillant plus en réseau, nous identifions les problèmes plus tôt.» Ou pour faire court: «Nous économisons du temps et de l’argent.»

Qu’est-ce qu’un nuage de points?

Un nuage de points est une visualisation tridimensionnelle qui permet de planifier une construction. Comme pour un vrai nuage dans le ciel, il se compose lui aussi d’innombrables points. Contrairement à des nuages de pluie, il ne s’agit pas de gouttes d’eau mais de points de données numériques. Lors de l’élaboration d’un nuage de points, un scanner laser 3D enregistre un très grand nombre de points de données qui sont réfléchis par des murs, des fenêtres, des parois, des tuyaux, des conduites ou des constructions métalliques. Le système enregistre environ 1,5 million de points de données par minute. Il faut trois à cinq heures pour enregistrer la numérisation d’une sous-station.

Un modèle 3D précis de la zone est créé à l’aide des coordonnées X, Y et Z enregistrées. Avant que le nuage de points puisse être utilisé dans le processus de planification, il faut d’abord le rendre visible en important la numérisation dans un logiciel de modélisation. Le résultat ressemble à une version numérique pixelisée du chantier.

Tobias Habegger

Tobias Habegger

Senior Communication Manager