Artikel teilen auf

FOTO: SIMONE SCHULDIS

Pour Thomas Zinniker, Chief Information Officer chez BKW, le secteur de l’énergie connaît actuellement l’une des phases les plus captivantes de son évolution et l’informatique y joue un rôle central.

L’informatique a été bouleversée ces dernières années. Qu’en est-il du secteur de l’énergie?

La transition énergétique a fondamentalement transformé notre marché. Nous vivons une dynamique bien plus forte que ces dernières décennies. A cela s’ajoute la grande volatilité de la production: des parcs éoliens ou solaires ne délivrent pas de quantités constantes d’énergie contrairement aux centrales conventionnelles. Lorsque l’air est calme, la production l’est aussi, c’est pour ainsi dire dans la nature des choses. Nous devons toutefois être en mesure d’approvisionner nos clients en toute fiabilité. L’informatique est un facteur essentiel de cette réorientation fondamentale de la fourniture d’énergie. Pour moi, la numérisation ne constitue donc pas un défi mais plutôt une opportunité.

Dans quels nouveaux domaines d’activité BKW fait-elle sont entrée?

Grâce à des technologies telles que le big data et la blockchain, nous sommes capables de desservir des canaux commerciaux et des domaines d’activité entièrement nouveaux. Aujourd’hui, il est ainsi non seulement possible d’injecter dans le réseau de l’énergie produite de manière décentralisée, par exemple à partir de nombreuses installations solaires privées, mais aussi de la regrouper sous la forme de centrales virtuelles activement pilotées. L’électromobilité croissante nous ouvre par ailleurs d’autres horizons. Ce n’est qu’avec les solutions correspondantes que nous serons en mesure de pallier les pics qui se manifestent lorsque plusieurs milliers de voitures électriques doivent être chargées en même temps.

Quelles sont les conséquences d’une réorientation sur l’organisation?

Il s’agit pour moi de l’une des choses les plus passionnantes de toute l’évolution. L’avenir est devant nous comme un champ ouvert: nous expérimentons avec divers modèles et nous intégrons également des idées qui sont étrangères à la branche. Tout cela se répercute sur notre organisation dans son ensemble. Deux aspects sont particulièrement importants pour BKW: nous voulons faire avancer sérieusement la question de l’agilité afin que nous puissions développer de nouvelles solutions rapidement et de manière flexible sur des cycles de planification courts. Nous misons dans le même temps sur la simplicité. Tout le monde sait en effet faire compliqué! Nous nous concentrons sur l’essentiel, c’est-à-dire sur le minimum qu’une solution doit délivrer. Puis nous étofferons cette dernière ultérieurement.

Et quelles en sont les conséquences sur votre culture d’entreprise et du travail?

L’ouverture et la diversité sont des valeurs importantes à nos yeux, pendant cette phase et à l’avenir. De nouveaux modèles naissent en effet du mélange de cultures différentes. C’est pourquoi nous misons résolument sur une collaboration étroitement interconnectée au-delà des hiérarchies et des limites organisationnelles. Cela ne fonctionne que si nous sommes attentifs les uns aux autres et si nous faisons preuve de compréhension envers les autres. Si les collaborateurs sentent qu’ils peuvent apporter leurs idées, l’entreprise progresse aussi.