L’électromobilité fait partie intégrante de notre avenir. En acquérant une Audi A3 e-Tron, la fondeuse Seraina Boner a franchi une étape en ce sens.

Seraina Boner, 35 ans, a changé de conduite. Depuis cet été, la fondeuse sur longue distance est au volant d’une voiture hybride: une Audi A3 e-Tron. «Elle me permet une conduite partiellement électrique, et par conséquent plus respectueuse de l’environnement», explique Seraina Boner. Cette habitante du canton des Grisons a cependant dû s’habituer au moteur. «Au début, on n’entend rien lorsque l’on met le moteur en marche. On redémarre plusieurs fois avant de se rendre compte que le véhicule est déjà en marche et qu’il roule sans bruit de moteur.»

Cette voiture a une valeur éducative.

Sinon, cette Audi se conduit comme une voiture normale. A une différence près: «Comme je veux aller le plus loin possible en mode électrique, ma conduite est automatiquement plus économique. Cette voiture a une valeur éducative», assure Seraina Boner. Lorsqu’on se déplace, il faut quelque peu planifier la recharge. Pour s’aider, Boner se sert de l’application «eCharge», qui donne des informations sur le réseau de bornes de recharge Move, auquel participe l’entreprise BKW.

«Sur les stations ultra rapides, 15 minutes suffisent pour recharger en grande partie la batterie», affirme Julia Plümper, responsable de projet Electromobilité chez BKW. Afin d’optimiser le temps de recharge, de nombreuses stations ont été installées sur des aires de repos proposant café et toilettes. Aujourd’hui, le réseau Move compte déjà plus de 160 stations. Et la tendance est à la hausse.

L’une des 160 stations du réseau de recharge Move.

Mais la plupart des conducteurs rechargent leur voiture électrique chez eux. Pourtant, une prise électrique domestique ne s’y prête pas vraiment. Les stations de chargement que BKW installe auprès de particuliers sont plus rapides, plus sûres et plus confortables. Mais que faire dans le cas où on ne possède pas son logement? «Les locataires peuvent s’adresser aux propriétaires», explique Julia Plümper. Ils sont souvent réceptifs. Pour les nouveaux bâtiments, les stations de recharge sont généralement déjà prévues. Le plus simple est de les installer sur un mur dans le garage souterrain ou dans un abri voiture. Il est également possible de disposer d’une station privée sous forme de colonne. Actuellement, l’installation est encore trop fastidieuse et coûteuse.

L’électromobilité est notre avenir.

La Norvège, où la fondeuse Seraina Boner s’entraîne régulièrement, offre un bon aperçu de l’avenir de l’électromobilité. Elle témoigne: «En Norvège, les voitures électriques sont légion. Et il y a des stations de recharge tous les 200 mètres.» L’entreprise BKW n’est pas non plus sans savoir que le marché suisse des voitures électriques va évoluer. La responsable de projet Julia Plümper le confirme: «L’électromobilité est notre avenir, le marché va continuer sur sa lancée.»

BKW SORT DES SENTIERS BATTUS

Le groupe BKW passe du statut de producteur d’électricité traditionnel à un prestataire énergétique et d’infrastructures diversifié et international avec plus de 6000 collaborateurs. Les compétences clés restent inchangées: l’exploitation de l’énergie et l’ingénierie. Ainsi, BKW propose des solutions complètes dans différents domaines. BKW planifie et réalise des installations solaires, des centrales éoliennes, des ponts, des pistes de ski ou des projets dans le domaine de l’électromobilité.