Artikel teilen auf

Détourner, creuser ou percer? C’est la question qui se pose lorsque des lignes de câbles traversent des cours d’eau, des routes ou des lignes ferroviaires. Les ingénieurs de BKW cherchent ainsi la solution optimale pour concilier les possibilités techniques, la compatibilité environnementale et la rentabilité.

A l’avenir, les lignes basse et moyenne tension dans le réseau de BKW pourraient être davantage enterrées dans le sol, c’est-à-dire câblées. Près de 87% des lignes de 0,4 kV et plus de la moitié des lignes de 16 kV du réseau de distribution sont déjà enterrées. Dans le domaine de la haute tension (à partir de 50 kV), le câblage est beaucoup plus compliqué; c’est la raison pour laquelle ces travaux sont rarement entrepris. Les moyens mis en œuvre pour la construction de lignes câblées ne dépendent en outre pas uniquement de la plage de tension et, donc, de l’espace requis pour les câbles, mais aussi de la topographie, de la géologie et de l’infrastructure existante qu’il faut traverser. De plus, ce ne sont plus des routes secondaires et des ruisseaux, mais plutôt des rivières, des routes cantonales, des autoroutes et des lignes ferroviaires que l’on trouve dans le domaine de la haute tension. A cet égard, BKW effectue des forages par fonçage, percussion ou injection d’eau lorsque de tels obstacles ne peuvent être contournés ou traversés par une tranchée.

Tolérance maximale d’un millimètre

Dans la commune de Reichenbach par exemple, la ligne de 50 kV Wimmis-Frutigen traverse la route cantonale, une ligne double de chemin de fer (BLS) et la rivière Kander. Le contournement de ces obstacles n’est pas possible; l’espace est restreint, la marge de manœuvre minime. Les voies ferrées peuvent ainsi être déplacées au maximum d’un millimètre, donc pour ainsi dire pas, si une ligne électrique doit y être construite. S’ajoute à cela que la circulation sur la route cantonale et les lignes ferroviaires ne doit pas être gênée. «Pour des raisons économiques, nous ne pouvons pas créer de tranchées ouvertes pour les passages de câbles», déclare laconiquement Markus Drollinger, responsable de projet Construction de lignes. Dans ces circonstances, un forage par percussion n’est pas possible, à cause des vibrations. Ce type de forage, tout comme le forage par fonçage, n’est pas envisagé non plus en raison de l’espace restreint disponible. En effet, les forages par percussion et fonçage obligent à creuser de profonds puits de départ et d’arrivée des deux côtés du tronçon à câbler afin de respecter la profondeur de câble prescrite. Enfin, pour les forages par fonçage ou percussion, le sol ne doit pas être trop rocheux ou ne pas contenir de gros blocs de pierre. C’est pourquoi les ingénieurs et les experts ont finalement opté pour un forage par injection d’eau.

Forage pilote avec «purée de pommes de terre»

La procédure des forages par injection d’eau est utilisée dans le forage pétrolier, à la seule différence qu’ici le forage se fait horizontalement et non verticalement. Un petit puits de départ est creusé au début de la voie. De là commence le forage pilote dirigé. De la bentonite est injectée par l’avant de la tête de forage de 120 millimètres de diamètre, et permet de refroidir et d’évacuer le tmatériau extrait du sol – d’où la désignation de «forage par injection d’eau». Après le forage pilote, le canal de perçage est élargi avec des forets de plus en plus gros, appelés manchons aléseurs, jusqu’à atteindre le diamètre requis pour les fourreaux de câbles. Lors du retrait du manchon aléseur, le liquide de support est comprimé dans le trou de perçage pour empêcher qu’il ne s’effondre. «La consistance est celle d’une purée de pommes de terre», explique Drollinger, «et elle ne durcit pas, ce qui nous permet d’insérer ensuite les tuyaux à pression pour l’eau qui servent de fourreaux de câbles». Finalement, les faisceaux de tubes sont passés dans le trou de perçage élargi. En principe, ce processus permet de tout percer, explique Stefan Blank, responsable de chantier Construction de lignes. Les forages les plus simples sont ceux réalisés dans la glaise. Le gravier et la roche ne posent pas de problème non plus, sauf en présence de gros débris, la résistance différente étant susceptible de dévier le manchon aléseur dans une autre direction. Plusieurs tentatives sont alors parfois nécessaires pour le forage pilote.

Circuit de la boue de forage

De la boue de forage, mélange de bentonite et de matériau extrait du sol, est produite lorsqu’on effectue un forage, dans tous les cas dans la zone de haute tension, où les cavités de forage destinées aux câbles sont relativement grandes. Cette boue est alors aspirée puis transportée vers une installation de traitement située près du puits de départ, où elle est tamisée et nettoyée. 90% de la boue de forage peut être réutilisée pour la préparation d’un nouveau liquide de support, le reste étant recyclé par exemple en gravillons pour la construction routière. La machine de forage par injection d’eau et l’installation de retraitement constituent ainsi une unité qui boucle le cycle. La machine de forage par injection d’eau et l’installation de retraitement appartiennent en l’occurrence de la société Schenk, qui exécute ces travaux pour le compte de BKW.

Pratiquement aucun impact sur les terrains

Des forages par injection d’eau ont été réalisés à quatre endroits sur la commune de Reichenbach, dont un sous la Kander. Le travail a été achevé à la fin janvier 2017. Ce type de forage coûte très cher, mais peut être rentables selon les contraintes, la géologie et la topographie. Comme dans une intervention chirurgicale, où l’objectif est de minimiser la cicatrice, la pollution des sols doit être limitée au strict minimum lors du forage par injection d’eau. Au lieu de très grands puits, on se contente dès lors de creuser un petit puits de départ et un petit puits d’arrivée pour chaque forage. Le grand avantage réside dans le fait que l’on n’a pas besoin d’interrompre le trafic ferroviaire et/ou routier ou d’intervenir sur le lit de la rivière.

Christine Klinger

Christine Klinger

Projektleiterin Kommunikation bei der BKW