Artikel teilen auf

Rodolphe Bartlomé est un électricien de réseau qualifié. Depuis son opération du cœur, il ne peut plus exercer ce métier et travaille depuis le printemps 2019 au Centre de formation Energie de BKW à Kallnach. En plus des tâches administratives, il poursuit son activité d’instructeur, ce qui compte beaucoup pour lui.

Qui êtes-vous?

Je m’appelle Rodolphe Bartlomé. Je suis père d’un garçon de presque 7 ans, je suis divorcé et je vis à Frinvillier.

Depuis quand travaillez-vous chez BKW?

J’ai terminé mon deuxième apprentissage d’électricien de réseau en 1998. J’avais d’abord effectué un apprentissage comme électronicien TV/vidéo. Je travaille au sein du réseau BKW depuis 2000 – autant dire depuis longtemps. En 2000, j’ai commencé chez BKW Nidau, pour Expo 02. Au départ, cela ne devait durer que six mois, mais j’ai ensuite été embauché en CDI. Je suis resté à Nidau jusqu’en 2008, puis j’ai été muté chez Arnold à Lyss où j’ai travaillé jusqu’en 2012. Au cours de cette période, j’ai rénové près de 160 stations transformatrices. Ensuite, il était temps de changer (rires). J’ai donc passé deux années chez La Goule à Saint-Imier et ensuite, depuis 2014, j’étais à l’agence de Reconvilier.

 Quel facteur a déclenché votre réorientation professionnelle?

Malheureusement, je ne l’ai pas choisie. C’est mon état de santé qui m’y a forcé. Je suis électricien de réseau par passion. En 2017, j’ai été victime d’un AVC. C’était complètement inattendu, car je mène une vie saine et je fais du sport régulièrement. Dans ce contexte, mon cœur a également été soigneusement examiné et un problème a été découvert. Ensuite, je devais me soumettre à des contrôles chaque année. En 2018, les médecins ont estimé qu’il était nécessaire d’opérer mon cœur. Depuis cette opération cardiaque et la pose de mon pacemaker, je n’ai plus le droit d’exercer mon métier d’origine, à cause des radiations électromagnétiques.

Comment avez-vous été soutenu par BKW durant cette période?

Avant même mon opération cardiaque, j’ai discuté avec Jean-Claude Voumard, le responsable du site, de mon avenir professionnel. Par le biais de «care4you», j’ai pris contact avec Mario Cotichini de l’équipe de gestion de la santé de BKW. J’ai été admis au sein du programme RESIT. L’objectif de ce dernier est d’intégrer avec succès pour raisons médicales les collaborateurs qui ne sont plus en mesure d’occuper leur ancien poste dans un autre lieu de travail. Le fait que je puisse maintenant avoir un poste de réintégration au Centre de formation Energie de Kallnach, certes avec une charge de travail réduite pour des raisons de santé, est un coup de chance. Surtout parce qu’en plus de mes tâches administratives, je peux continuer à travailler comme instructeur. Mon plan B aurait été d’apprendre un nouveau métier.

Quel objectif poursuivez-vous avec cette réorientation?

L’objectif principal était clairement de continuer à travailler. Cela compte beaucoup pour moi. Pour moi personnellement, il est extrêmement enrichissant de pouvoir exercer un métier qui me plaît. Avant, je travaillais déjà comme instructeur et heureusement, je peux continuer à le faire. Je peux même continuer à dispenser les cours sur les sous-stations. Un rayonnement électromagnétique allant jusqu’à 100 microtesla m’est autorisé. Un médecin de la SUVA est venu sur place pour mesurer l’exposition. Seuls les locaux des câbles des lignes de 50 kilovolts et 16 kilovolts me sont interdits. J’apprécie de pouvoir continuer à travailler pour BKW. Et Rudolf Schneider, le directeur du centre de formation, est lui aussi ravi car je suis bilingue (rires). Je suis moi-même un cours d’allemand bernois pour continuer à améliorer mes compétences linguistiques.

Qui ou qu’est-ce qui vous a aidé à aller de l’avant?

Le soutien de Mario Cotichini a été extrêmement précieux. Il s’est occupé de toutes les démarches administratives nécessaires, par exemple auprès des assurances. Mario de care4you m’a dégagé de tout ça pour que je puisse me concentrer pleinement sur ma guérison. Ça valait son pesant d’or. Je ne sais pas où j’aurais pu trouver l’énergie pour m’en occuper.

Quelle expérience positive en tant que collaborateur racontez-vous à vos amis?

J’apprécie le fait d’avoir toujours eu des collègues formidables. Je suis moi-même très ouvert d’esprit, ce qui a certainement un effet sur mon environnement. La cohésion entre les collaborateurs du site de Reconvilier est remarquable. Nous nous sommes également retrouvés en privé, par exemple pour un barbecue annuel avec toute la famille ou spontanément pour un café en dehors du travail. Je suis toujours en contact avec eux aujourd’hui.

Si vous dressez un bilan, qu’avez-vous appris sur vous-même?

J’aime la vie. Aujourd’hui, j’apprécie chaque jour et j’adore passer du bon temps avec mes amis et ma famille. Aujourd’hui, je vis en pleine conscience dans l’ici et le maintenant et je ne pense pas au lendemain. Cela ne va pas de soi d’être en bonne santé et de pouvoir participer à la vie professionnelle.

care4you est le point de contact pour tout ce qui touche à la santé

L’équipe «care4you» conseille les collaborateurs sur les questions relatives à la santé au travail. Le Case Management offre un soutien individuel et accompagne les collaborateurs malades ou accidentés dans leur retour au travail, coordonne les démarches avec les médecins et thérapeutes et, si nécessaire, met en contact avec des partenaires externes.

«Nous sommes BKW»

Sous la devise «Nous sommes BKW», nous présentons aléatoirement des collaborateurs de notre réseau d’entreprises. Rodolphe Bartlomé est l’un des quatre collaborateurs interviewés dans le présent numéro de «BKWorld», la revue des collaborateurs. Le thème du magazine était «Ensemble, repensons le monde, choisissons la bonne voie».

Katja Bauder

Katja Bauder

Senior Communication Manager bei BKW