Artikel teilen auf

Des clients de BKW qui entrent en contact avec une voix artificielle… Pour l’instant, ce n’est encore qu’un gadget, mais bientôt, ce scénario pourrait devenir réalité. En effet, les assistants vocaux gagnent du terrain, en Suisse aussi. Lisez, voyez et entendez par vous-même.

Google se déploie dans les foyers suisses. Depuis la semaine dernière, Google Nest Mini et Google Nest Hub sont officiellement disponibles en Suisse. Les assistants vocaux, qui étaient jusqu’alors intégrés dans les téléphones portables, sont désormais présents dans les cuisines, sur les tables de nuit ou à côté de la télévision dans le salon, en tant qu’enceintes connectées autonomes. Et ils n’attendent que de pouvoir dialoguer avec quelqu’un.

Voyez et écoutez par vous-même dans cette vidéo:

Pourquoi?

C’est bien beau…, vous direz-vous peut-être. Mais pourquoi est-ce que je lis un article à ce sujet sur ce blog? Markus Maurer, expert en communication numérique, répond: avec leur lancement officiel en Suisse par Google, les interfaces vocales deviennent plus courantes, écrit le directeur du Farner Lab dans ce blog (en allemand). «En tant qu’entreprise, il est désormais plus attractif et judicieux d’employer les assistants vocaux dans ses activités quotidiennes.»

C’est pourquoi

Le groupe BKW a évidemment identifié cette tendance. «Les clients du futur préféreront parfois parler avec leur assistant», déclare Luc Herminjard, Business Development Manager pour le réseau de distribution de BKW. En outre, cette possibilité est également intéressante pour faciliter les contacts avec les personnes aveugles. Autre avantage, ces services sont accessibles à toute heure du jour et de la nuit, et ceci tous les jours de l’année.

BKW améliore en permanence ses différents canaux d’interaction afin de proposer une valeur ajoutée à ses clients. Luc Herminjard imagine les futures domaines d’utilisation de ces assistants vocaux. Il voit un premier domaine d’utilisation concret dans les pannes de courant, où plusieurs centaines de demandes doivent parfois être traitées téléphoniquement en même temps.

«Hé Google. J’aimerais parler avec BKW Energie.»

Cependant, plutôt que de discuter longuement des nouvelles possibilités avec l’auteur de ce blog, Luc Herminjard se tourne directement vers son enceinte intelligente autonome et le smartphone:

«Hé Google. J’aimerais parler avec BKW Energie.» C’est par ses mots et avec un visage empli d’espoir qu’il s’adresse à la machine pilotée par l’intelligence artificielle.

«Hello. Je suis ton BKW Bot. Comment puis-je t’aider?», réplique une voix masculine.

«Je n’ai pas de courant.»

«Quel est votre numéro postal?»

«3 – 1 – 5 – 9»

«Nous procédons actuellement à Riedstätt à des travaux de maintenance. Merci de votre compréhension.»

Orienter directement les clients

Grâce à une intelligence artificielle (IA) programmée en interne, BKW peut orienter les utilisateurs de l’univers Google vers ses propres solutions. Ainsi, BKW a toujours la maîtrise totale des réponses fournies aux clients. Maria Radoeva est responsable de la programmation de l’IA.

Actuellement, cela ressemble encore un peu à un gadget amusant, mais BKW pourrait bientôt utiliser ces assistants vocaux au quotidien – si les clients le veulent bien !

Tobias Habegger

Tobias Habegger

Senior Communication Manager