Artikel teilen auf

Le Gelmerbahn – considéré comme le funiculaire le plus pentu en Europe – a obtenu une renommée mondiale il y a un an. Aujourd’hui, le pont qui se trouve à la moitié du trajet doit être rénové. C’est pourquoi les électriciens de réseau ont démonté fin août une partie de la ligne aérienne de 16 kV parallèle aux rails.

Un épais brouillard enveloppe les voies et les mâts tout le long du Gelmerbahn. Le panorama a quelque chose d’à la fois menaçant et mystique. Pour les personnes qui sont sujettes au vertige, le brouillard présente un avantage. «Avec le brouillard, nous ne voyons pas à quelle hauteur nous nous déplaçons et à quel point le terrain est escarpé», explique l’électricien de réseau BKW. Ses camarades rient. La déclaration est une plaisanterie. En effet, les quatre collaborateurs de BKW et de KWO qui se rendent en train vers le viaduc en cette matinée d’août n’ont pas le vertige. Deux jours auparavant, ils ont amené beaucoup de matériel en train sur le chantier.

Le pont est rénové

«Comme le pont doit être rénové, nous devons démonter une partie de la ligne aérienne de 16 kV parallèle aux rails», raconte Arnold Kehrli (48 ans), collaborateur spécialisé Electrotechnique pour la société Kraftwerke Oberhasli AG (KWO). Les hélicoptères qui ont acheminé les parties du pont ont entraîné des rotations. «C’est pourquoi nous devons retirer les fils de cuivre pour des raisons de sécurité», explique Kehrli. Les fils seront remontés lorsque les travaux de construction seront achevés.

«Le travail en hauteur et en pente comporte bien des défis à relever», précise l’électricien de réseau Peter Flühmann (25 ans). Un respect sain est bon, mais on ne devrait pas avoir peur. «La concentration est primordiale.» Son collègue, Michael Röthlin (26 ans), confirme ses dires. «On doit ‹avoir la gale› dans notre tâche», ajoute-t-il. Des lieux vertigineux ne lui causent aucun souci: il aime même pratiquer l’escalade à titre privé. Ce que M. Röthlin apprécie dans son travail, c’est le fait qu’aucune journée ne ressemble à une autre. «Aujourd’hui je suis à la montagne et demain je travaillerai sur un transformateur dans la vallée. Il est impossible de s’ennuyer.»

Une pente à 106%

Il est 8h19. Il est annoncé à la radio que la ligne est débranchée, donc mise à la terre. Les professionnels peuvent maintenant commencer leur travail. Ils définissent ce qu’ils appellent un point d’ancrage pour sécuriser le pylône. «Même les isolateurs ne doivent en aucun cas rompre», ajoute le chef de groupe Simon Bisang (34 ans) de BKW à Meiringen. Les appareils utilisés ont des noms à belle consonance comme engin de tirage et de levage par câble (palan à chaîne), grenouille (serre-câble), corde d’ancrage, manchon de serrage ou encore tendeur.

Le Gelmerbahn monte et descend à côté du chantier. Il suit une pente pouvant aller jusqu’à 106%. C’est pour cette raison que le train est devenu viral à l’été 2018. Plusieurs millions de personnes ont regardé sur YouTube et dans les réseaux sociaux la vidéo du média de divertissement britannique «Lad Bible». On peut y voir un trajet à une vitesse folle en train dans la vallée. Beaucoup de gens ne le savaient pas: la vidéo a été enregistrée en mode accéléré. En réalité, un trajet ne dure pas quelques secondes, mais plutôt 10 minutes. Cela a immédiatement fait la popularité du Gelmerbahn, mais aucune interruption n’a eu lieu.

«Aah, ooh, ouhh»

Le train vers le Gelmersee a une capacité de 24 personnes. Ou revenir dans la vallée vers le spectaculaire pont suspendu. Les passagers ne sont pas seulement étonnés par le train, mais aussi par les employés tout en haut du pylône. «Le terrain alpin est particulièrement difficile», annonce Simon Bisang. «En conséquence, nous devons toujours nous protéger avec des câbles. De plus, nous sommes soumis aux intempéries: tout cela complique le travail des installateurs.»

Il est 09h38. Après une courte pause, le groupe passe à une cinquantaine de mètres plus bas, où il retire la ligne sur un autre pylône. Outre l’absence de vertige et la concentration, Simon Bisang souligne un autre point important pour le travail: «L’équipe doit être bien entraînée. On doit se connaître et se faire confiance les uns les autres.» Et le Gelmerbahn repasse au niveau du chantier. «Aah, ooh, ouhh», peut-on entendre dans le train. Ou encore: «C’est vraiment une sacrée descente.» Des touristes provenant d’Allemagne, d’Italie, de France, d’Espagne, de Hollande mais aussi d’Inde, du Japon, de Chine ou des pays arabes sont – malgré le brouillard et un panorama alpin non visible – fous de joie.

Une bouée de signalisation sur le pylône

Il est 11h33. Les travaux entrepris sont à présent terminés. Ou quasiment. Après la pause déjeuner directement sous le pont du Gelmerbahn, les professionnels de l’ascension doivent escalader un autre pylône. Ils installent tout en haut une grande bouée rouge. Evidemment, elle n’est pas destinée aux bateaux, mais aux avions et aux hélicoptères. Les experts BKW réalisent également cette tâche en un rien de temps. Et nous voilà l’après-midi, avec le train faisant le buzz sur Internet qui redescend la vallée – avec beaucoup de matériel et forts d’une expérience enrichissante dans le terrain alpin.

Gelmerbahn

Le Gelmerbahn est un funiculaire situé à Guttannen, une commune de la vallée du Hasli, dans l’Oberland bernois. Il va de Handegg (1400 m.a.s.l.) au Gelmersee (1850 m.a.s.l.), un lac de retenue de la société Kraftwerke Oberhasli (KWO). Le train affiche une pente maximale de 106%. Les trajets publics ont lieu de juin à octobre. Selon Wikipedia, le train destiné aux employés a été créé pour la construction du barrage de Gelmer et de la conduite d’adduction d’eau pour la centrale électrique de Handeck. Il a été mis en service en 1926. En 2001, il a dû être totalement rénové et KWO a décidé d’équiper également le Gelmerbahn pour une exploitation publique. Au début, chaque trajet ne devait transporter que huit personnes car le train ne disposait que d’une autorisation d’exploitation cantonale. En raison de la forte affluence, il a été décidé de faire la demande d’une concession fédérale. Depuis 2004 – et après de petits ajustements techniques – la pleine capacité peut être exploitée. 24 personnes adeptes de sensations fortes peuvent aujourd’hui prendre place à bord à chaque trajet.

Les billets peuvent être achetés en ligne, au Tourist Center Grimseltor d’Innertkirchen ou auprès de la station inférieure du Gelmerbahn. Ils sont valables pour un trajet et pour le jour et l’horaire définis au moment de l’achat.

Markus Ehinger

Markus Ehinger

Senior Editor