Artikel teilen auf

Etes-vous déjà allé au moulin Grabenmühle, sur les rives du Guntenbach, près de Sigriswil? Si la farine n’y est plus moulue depuis longtemps, on peut y pêcher des truites et y trouver de l’or. Les propriétaires des lieux y produisent même de l’électricité!

«L’élevage de truites est notre principale activité», explique Andreas von Gunten. Il y a des ombles, des truites brunes et des truites saumonées. «Nous vendons les poissons aux restaurateurs ainsi qu’aux particuliers sur les marchés et ici-même. Nous offrons également aux visiteurs la possibilité de pêcher eux-mêmes et de faire griller leurs prises.» Plusieurs barbecues sont à disposition à cet effet, une offre qui est très appréciée dans le cadre d’excursions d’entreprises. Le poisson peut également être dégusté sous forme fumée à la buvette «FunkyFish» tenue par les propriétaires.

Ruée vers l’or

La pêche est souvent combinée à la seconde attraction du site, l’orpaillage. Pour une somme modique –des tarifs sont proposés pour les familles et pour les groupes – les chercheurs d’or en herbe se voient remettre une licence, la marche à suivre et tout le matériel nécessaire à la recherche du précieux métal: un pan, une batée et d’autres menus accessoires. «Evidemment, nous faisons en sorte qu’ils ne reviennent pas les mains vides», révèle-t-il avec malice.

Et si tout n’était que de la poudre aux yeux?

Mais y a-t-il vraiment de l’or dans le Guntenbach? «Oui, bien sûr. D’après «Gold in der Schweiz», l’ouvrage de référence sur l’orpaillage en Suisse de Peter Pfander et Victor Jans, tous les ruisseaux coulant sur les formations de conglomérat de la rive droite du lac de Thoune contiennent de l’or. Mais pas en quantité suffisante pour faire fortune. La probabilité de trouver une pépite ici est assez faible. Nos clients cherchent de l’or dans des rigoles spécialement aménagées à cet effet. Dans la rivière, ce serait trop dangereux.»

Une histoire de famille

Andreas von Gunten a grandi près du Guntenbach. Son père a acquis la propriété et l’étang en 1954. Les bâtiments, en partie détruits par une tempête en 1937, étaient dans un piteux état. Ils abritaient alors une petite exploitation agricole. L’histoire du moulin Grabenmühle débute véritablement en 1982, lorsque la maison est rénovée. Peu à peu, l’élevage de truites se développe et de nouveaux étangs sont aménagés. Aujourd’hui, on compte trois grands bassins et plusieurs petits étangs ronds. «Les poissons doivent avoir suffisamment d’espace pour bouger et rester en bonne santé», explique Andreas.

Animaux en liberté

Un petit parc naturel s’ajoute bientôt aux deux attractions principales. «Il ne s’agit pas d’un parc naturel officiel, les agriculteurs de la région s’y sont opposés.» Deux grands enclos abritent des cerfs, des daims, des mouflons, des alpagas et divers petits animaux. Les alpagas et les cerfs font partie d’un élevage. Leur viande entre dans la composition de saucissons, vendus au moulin.

Le site offre par ailleurs plusieurs possibilités d’hébergement (un gîte et un tipi), ainsi qu’une aire de jeu pour les enfants et une tour panoramique.

Une expérience forte en sensations

L’ensemble des attractions séduit un large public. Depuis 2012, le pont suspendu aménagé au-dessus des gorges de Gummi attire de nouveaux visiteurs. Long de 350 mètres, il est intégré au circuit touristique entre Sigriswil et Aeschlen. Le pont offre une vue splendide sur le lac de Thoune et permet de vivre des sensations fortes à 180 mètres au-dessus du Guntenbach.

«Les beaux jours d’automne, nous accueillons beaucoup de monde», commente Andreas von Gunten. L’agrandissement du site a également eu d’autres répercussions: en 2007, le moulin Grabenmühle a reçu le prix de l’innovation pour l’agriculture de montagne de la Chambre de l’économie publique de l’Oberland bernois.

Le plus écologique

Ceux qui pensent que la facture d’électricité d’une telle exploitation est salée se trompent. Lors des travaux de rénovation, l’ancien moulin a été rééquipé d’une roue (260 centimètres de rayon), non pas pour moudre mais pour produire du courant vert! «Nos appareils frigorifiques consomment bien sûr beaucoup d’électricité mais grâce à cette installation, je peux injecter jusqu’à 1,3 kilowattheure sur le réseau de BKW, explique Andreas, ce qui est déduit de ma facture.» Une pompe à chaleur permet par ailleurs de récupérer la chaleur dans l’eau du Guntenbach. «Je vais peut-être également essayer de tirer profit de la hauteur de chute en installant une petite centrale hydraulique à tourbillons.»

Un agrandissement progressif

Les von Gunten vivent de cette activité depuis vingt ans. L’entreprise est une véritable aventure familiale: aux côtés d’Andreas, on trouve Brigitte, son épouse, sa fille aînée Rebekka et son ami, ainsi que sa fille cadette Simone. Une personne a de plus été recrutée pour lever les filets des poissons.

Le domaine s’est agrandi progressivement, sans businessplan, au gré des investissements réalisés, notamment les dix premières années. «Bien sûr, cela a demandé beaucoup d’énergie», explique Andreas.

Et lui, d’où tire-t-il son énergie? «De ce lieu préservé, de la rivière, mais aussi de l’air pur et de la végétation. Je puise mes forces dans la nature.»

Plus d’informations sur www.grabenmuehle.ch