Artikel teilen auf

Tels des cerfs-volants, des drones ultralégers, attachés à un câble et soulevés par le vent, volent et fournissent de l’électricité.

«Energie éolienne 2.0» – c’est ainsi que l’entreprise TwingTec appelle son invention qui combine la technique ancienne des cerfs-volants avec la technologie moderne des drones et les possibilités des matériaux ultralégers. «Nous voulons exploiter l’énorme potentiel de l’énergie éolienne inutilisée», explique Rolf Luchsinger, CEO de TwingTec. L’entreprise est une start-up du Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (Empa) et de la Haute école spécialisée du nord-ouest de la Suisse FHNW. «Les matériaux ultralégers nous permettent d’envoyer des ailes attachées ou des Twings, comme nous les appelons, à haute altitude.» L’invention est inédite à divers égards: en exploitant les vents forts et réguliers à plusieurs centaines de mètres d’altitude, la production d’énergie est maximisée et permet d’atteindre une meilleure rentabilité. Les Twings légers utilisent la technologie des drones d’une manière innovante et sont mobiles. Les forces de traction exercées sur le câble sont converties en électricité par un générateur dans la station au sol.

Les Twings peuvent remplacer des générateurs diesel dans des régions reculées

«On pourrait les utiliser dans des villages isolés, des fermes ou des complexes touristiques sur des îles désertes. L’effet de durabilité serait formidable, car dans les lieux qui ne sont pas raccordés au réseau électrique, on utilise des générateurs diesel qui pourraient ainsi être remplacés», explique Luchsinger. Au cours d’une première phase, les Twings ont été envoyés dans les airs comme des cerfs-volants. Grâce à la technologie des drones, le Twing décolle et atterrit comme un multicoptère, et vole comme un cerf-volant acrobatique. La portée du dernier modèle est de trois mètres, la longueur du câble de 200 mètres et la puissance de 2 kW. Il permet de couvrir la consommation annuelle d’une famille de quatre personnes.

L’année prochaine, TwingTec testera une installation pilote sur le Chasseral en collaboration avec BKW. «Nous voulons ainsi étudier l’injection de l’électricité dans le réseau», explique Martin Bolliger, responsable du BKW Technology Center. Il souligne un autre avantage du système: «Pour des raisons de protection de la nature et du paysage, il est difficile d’installer des éoliennes en Suisse. Les Twings, quant à eux, ne dégradent pas le paysage et ne nécessitent pas de grandes installations fixes bétonnées.» Il est convaincu que «l’électricité du futur proviendra de nombreuses sources différentes et alternatives».

«Il décolle et atterrit comme un multicoptère, et vole comme un cerf-volant acrobatique.» Rolf Luchsinger

STARTUP@BKW

Avec son initiative de start-up «Level-up», BKW mise sur la collaboration avec des start-up innovantes et fortement orientées sur la mise en œuvre afin de développer les solutions énergétiques de demain. www.bkw.ch/startup