Artikel teilen auf

Adolescent, il commence en 2010 son apprentissage en tant qu’employé de commerce «Sport-études» chez BKW. Huit ans plus tard, il devient champion suisse avec le club BSC Young Boys. Voici l’histoire de Gregory Wüthrich et de sa relation avec BKW, les Young Boys et Berne.

Au cours de ses années chez BKW, Gregory Wüthrich a évolué, non seulement au niveau professionnel, mais aussi dans le sport. Lors de nos retrouvailles, j’ai immédiatement remarqué quelque chose: il a à peine changé. Son allure décontractée, sa gentillesse et son côté calme sont restés les mêmes. La dernière fois, je l’ai félicité pour la fin de son apprentissage; aujourd’hui je le félicite pour son titre de champion avec les YB.

BKW: Gregory Wüthrich, cela fait quatre ans que tu es footballeur professionnel chez les Young Boys. L’avais-tu envisagé au début de ton apprentissage à l’été 2010?

Gregory Wüthrich: En commençant la filière sport-études chez BKW, j’avais évidemment pour objectif de devenir footballeur professionnel. Mais bien sûr: à l’époque, je jouais encore chez les juniors et passer chez les pros était mon plus grand rêve.

Aujourd’hui, tu l’as concrétisé et le club des YB a mis fin à une longue traversée du désert. Es-tu fier?

Oui, très fier. Je suis bernois et je joue avec les YB depuis les moins de 12. A cette époque-là, je n’avais aucun titre à fêter en tant que fan ou en tant que joueur. Et maintenant nous soulevons la Coupe! C’est un formidable cadeau pour l’équipe, les fans de Berne et aussi pour moi.

Quand avez-vous compris que cette année serait celle du coup de maître?

Nous avons entamé la trêve hivernale en tant que leaders. Dans le site d’entraînement, il était évident pour nous qu’un bon démarrage serait décisif pour le résultat final. En février, nous avons commencé avec quatre victoires et nous le savions: personne ne nous prendra plus ce titre.

Il est de plus en plus rare que des footballeurs passent toute leur carrière dans le même club. Seras-tu le prochain Marco Wölfli?

Berne est ma patrie. J’ai grandi ici et ce club me plaît beaucoup. Mon rêve est de terminer ma carrière ici. Cependant, je rêve aussi de pouvoir jouer un jour en Allemagne ou en Angleterre. On ne sait jamais ce qui peut se passer. Il est important que je puisse jouer régulièrement.

Tu as deux passeports: un suisse et un ghanéen. T’imagines-tu jouer bientôt pour l’équipe nationale du Ghana?

Jusqu’à présent, je n’ai reçu aucune proposition pour jouer en équipe nationale. Cependant, l’équipe nationale suisse serait bien sûr ma priorité. Si aucune opportunité ne m’y est offerte, j’envisagerais sûrement le Ghana.

Comment te détends-tu pendant tes loisirs?

J’aime sortir et passer du temps en ville avec la famille et les amis. Particulièrement en ce moment, lorsque la saison est bonne, on m’aborde parfois dans la rue pour me parler des résultats satisfaisants. Les bernois sont vraiment cool et, en tant que professionnel YB, la vie est belle à Berne.

Revenons-en à BKW: comment es-tu d’ailleurs arrivé chez BKW?

YB demande que tout le monde suive une formation en plus du sport. C’est important et je trouve ça très bien. Lorsque j’étais à la recherche d’une place d’apprentissage, ils m’ont fait part du fait que je pouvais poser ma candidature chez BKW. Et les choses se sont enchaînées.

Peux-tu recommander l’apprentissage?

Assurément! Une filière sport-études chez BKW était exactement ce qu’il me fallait. BKW a toujours fait preuve d’une grande compréhension et m’a soutenu tant au niveau professionnel que sur le plan sportif. Lorsque j’ai intégré la première équipe lors de la dernière année d’apprentissage, mon programme d’entraînement a été totalement transformé. La formatrice d’apprentissage s’est assise avec moi et nous avons conçu mon plan d’études afin que je puisse me concentrer au mieux sur le sport et la profession. L’apprentissage en tant qu’employé de commerce chez BKW valait son pesant d’or pour moi.

Quels sont tes meilleurs souvenirs?

Quatre belles années constituent de formidables souvenirs. Ce qui m’a plu le plus était de pouvoir changer de département chaque semestre et donc de découvrir diverses activités. Une fois, j’ai travaillé dans l’organisation des visites guidées. J’y étais en contact avec diverses personnes. C’était très instructif. Par contre, j’ai moins apprécié le département comptable. (rires)

Quand reviens-tu chez BKW?

Pour un café, je reviens toujours chez vous (rires de nouveau). Vous pouvez me garder une place lorsque j’abandonnerai mes chaussures de football à 36 ans.

Apprentissage et sport d’élite

BKW propose chaque année un poste d’apprenti pour un jeune talent. BKW fournit les conditions optimales pour que le talent puisse surmonter la charge hebdomadaire composée de l’entraînement, du temps passé à l’école professionnelle et du travail.

www.bkw.ch/apprentissage

Antuan Pace

Antuan Pace

Kommunikationsmanager bei der BKW