Artikel teilen auf

Que faut-il pour se sentir chez soi? Sa maison ou son appartement? Ou bien le bureau? Le dos du cheval ou la voiture? Comment le coronavirus a-t-il changé la perception du chez-soi? Cinq collaboratrices et collaborateurs répondent personnellement à ces questions et à bien d’autres encore.

«My home is my castle.» Ce qui veut dire en français: «Ma maison est ma forteresse.» Cette célèbre citation est d’Edward Coke, un avocat et homme politique anglais des XVIe et XVIIe siècles. Tout particulièrement au cours de la pandémie, notre propre forteresse, à savoir notre chez-nous, a pris de l’importance. En effet, de nombreuses personnes passent actuellement plus de temps que d’habitude entre leurs quatre murs.

Certains s’épanouissent à dos de cheval …

Andrea Mai, BKW Customer Experience Manager, se déconnecte sur le dos de Lenny, son hongre Franches-Montagnes.

Andrea Mai, BKW Customer Experience Manager, est catégorique: «Je me sens chez moi là où je peux être moi-même, où je suis entourée de bons amis et où je peux me détendre.» Elle puise sa force sur le dos de son hongre Franches-Montagnes Lenny, âgé de six ans. «Une sortie d’une journée, c’est de la pure détente», déclare Andrea en riant. «Quand je travaille avec mon cheval, je dois être présente dans l’ici et maintenant. Le cheval est un animal craintif et a besoin de sécurité, que je dois lui apporter.» A dos de cheval, Andrea Mai arrive à se déconnecter. Et lorsqu’elle est de retour à la maison, elle n’a pas besoin de grand-chose: «Du chauffage, un bon bain et une tasse de vin chaud. Et en été, une simple douche fraîche.»

… d’autres dans la cuisine …

Pour Michael Grössl, directeur de la succursale viennoise d’IKK Engineering GmbH, une grande cuisine est importante. «Ici, je peux mitonner des plats pour mes proches. De préférence, avec eux», déclare-t-il.

Pour Michael Grössl, une grande cuisine est essentielle. Le directeur de la succursale viennoise d’IKK Engineering GmbH décrit son chez-lui idéal: «Pour moi, c’est un lieu qui a été aménagé en fonction des besoins personnels. C’est la famille, notre chienne berger allemand Senta – toujours de bonne humeur – et une grande cuisine où je peux mitonner des petits plats pour mes proches. De préférence avec eux.» Michael Grössl attache donc de l’importance aux moments passés en famille avec ses enfants et ses amis, qui lui procurent un agréable sentiment de sécurité et de bonheur. «Ma maison est un endroit où je peux lâcher prise.»

… ou dans la nature …

Crispin Joos, responsable du département Telecom chez Curea Elektro AG, se sent chez lui dans la nature de son canton d’origine, les Grisons. Il adore y partir à la chasse avec Lucy, sa chienne Border Terrier.

Crispin Joos, responsable du département Telecom de Curea Elektro AG à Landquart, ne limite pas son chez-lui aux quatre murs de son domicile. Il aime profondément son canton d’origine, les Grisons. Ici, il a accès à la nature, où il peut se ressourcer. «Avec l’âge, la nature, avec son air pur et sa tranquillité, est devenue plus importante pour moi», explique-t-il. Et il passe effectivement beaucoup de temps dehors, surtout durant la saison de chasse avec sa chienne Border Terrier Lucy. Mais pour lui aussi, la famille et les amis sont essentiels. «Ils m’apportent la sécurité, la chaleur humaine et surtout l’harmonie dont j’ai besoin. Cela me fait du bien.»

… ou dans la voiture …

Ramona König, responsable Conduite et service assistance chez BKW AEK Contracting AG, est tributaire du fauteuil roulant. Sa voiture, une Audi A6 bleu roi, lui offre une grande flexibilité et liberté.

Ramona König attache beaucoup d’importance à sa voiture, une Audi A6 bleu roi. Suite à un accident de moto il y a 14 ans, elle s’est retrouvée paralysée du bas du corps, à partir du milieu des vertèbres thoraciques. Après l’accident, Ramona König a dû abandonner son apprentissage de mécanicienne automobile et chercher une nouvelle place d’apprentie. Elle l’a trouvé chez AEK Energie AG à Soleure, où elle a effectué son apprentissage commercial. Aujourd’hui, Ramona König est collaboratrice spécialisée Conduite et service assistance chez BKW AEK Contracting AG. Ramona König se sent chez elle non seulement dans sa voiture, mais aussi dans le garage Vespa de son mari. «Les odeurs et les bruits de l’atelier font battre mon coeur plus intensément», déclare-t-elle.

… ou sur scène

Rolf Studer, responsable du secteur Soleure pour le Secteur d’activité Réseaux chez BKW, se sent chez lui sur scène. Il y joue du théâtre, yodle ou chante.

«Nous avons plusieurs coins où nous pouvons nous détendre et passer des moments agréables», explique Rolf Studer. Le responsable du secteur Soleure pour le Secteur d’activité Réseaux chez BKW est propriétaire d’une maison individuelle à la campagne offrant une vue dégagée plein sud. A la question de savoir ce qu’il faut pour se sentir chez soi dans ses quatre murs, Rolf Studer répond de manière brève et claire: «Ma famille.» C’est en bonne compagnie que Rolf Studer se sent le mieux et sur scène: il y joue du théâtre, yodle ou chante: que ce soit lors de mariages, de fêtes d’anniversaire, ou même de cérémonies funèbres. «Ce que je trouve beau dans mon hobby, c’est que je peux divertir et donner du plaisir aux autres», s’enthousiasme Rolf Studer.

Et au travail?

La plupart d’entre nous passent plus de temps au travail que chez eux. Alors, que faut-il pour que nous nous sentions également bien sur le chantier, chez les clients ou au bureau? Crispin Joos estime qu’une bonne ambiance au sein de l’entreprise est essentielle, car «le travail d’équipe devient de plus en plus important». Ses collègues considèrent également l’atmosphère de travail comme primordiale. Andrea Mai apprécie la culture ouverte permettant d’apporter des idées et de les développer. «J’apprécie l’ouverture d’esprit qui permet d’essayer de nouvelles choses et de sortir des sentiers battus. Cela implique également une confiance mutuelle.»

Pour Michael Grössl de Basse-Autriche, l’échange avec ses collègues sur son lieu de travail est essentiel. «J’apprécie quand la collaboration se passe bien, quand nous nous comprenons et quand nous pratiquons une culture d’ouverture.» La reconnaissance, la diversité des tâches et le contact avec les clients sont d’autres éléments qui contribuent au bien-être.

Ramona König donne une réponse similaire. «Lorsque j’ai les bonnes personnes autour de moi et que je peux être moi-même, je me sens également chez moi au travail.» Quand on se déplace en fauteuil roulant, un autre aspect est important: le lieu de travail doit être accessible aux personnes à mobilité réduite. C’est le cas chez BKW AEK Contracting AG.

Rolf Studer s’extasie quasiment en évoquant son «travail varié au sein d’une équipe formidable». «Pour moi, il est capital que je puisse travailler dans un environnement motivé. Je dois résoudre les désaccords et clarifier les sources de tension afin de continuer à travailler en ayant l’esprit libre et à donner le meilleur de moi-même.» Rolf Studer étant également impliqué dans la formation des électriciens de réseau, il a l’occasion de rencontrer de nombreux collègues et de se constituer un vaste réseau. «Cela ne va pas de soi et me procure beaucoup de joie.»

Se sentir chez soi che BKW

Les collaboratrices et collaborateurs des entreprises qui viennent de rejoindre le réseau BKW doivent également se sentir chez eux. Les domaines BKW Engineering et BKW Building Solutions se sont tout particulièrement développés ces dernières années. Le credo de BKW est que les entreprises acquises doivent pouvoir préserver leur identité et professionnaliser davantage leur image. Un exemple de BKW Building Solutions confirme que cela se passe bel et bien ainsi dans la pratique. L’entreprise zurichoise Inag-Nievergelt AG fait partie du réseau BKW depuis 2016 (voir encadré page 8). Sandro Prati, Chief Operation Officer (COO) d’Inag-Nievergelt, déclare: «Nous nous sentons bien intégrés chez BKW.»

Chez soi dans le réseau BKW

Créer des solutions pour un avenir où il fera bon vivre dans les domaines infrastructures, bâtiment et énergie: telle est notre mission commune. Nous nous mettons à la place du client pour concevoir l’énergie de manière intégrée. Nous numérisons nos réseaux et les contrôlons intelligemment et continuons à développer nos prestations en matière de bâtiments et d’infrastructures. Nous sommes désormais un réseau d’environ 130 entreprises qui créent de la valeur ajoutée, tant pour le personnel que pour les clients et les actionnaires.

Les entreprises travaillent ensemble selon la devise «Le succès de chacun, l’excellence ensemble». Afin d’apporter la meilleure contribution possible, les entreprises nouvellement intégrées restent ancrées dans leur région. Parallèlement, BKW offre à toutes ses entreprises un nouveau chez-elles. En plus de compétences polyvalentes, elles bénéficient du soutien de partenaires solides. L’exemple d’Inag-Nievergelt AG, du réseau BKW Building Solutions, montre que tout le monde y gagne.

Avec près de 130 collaborateurs, l’entreprise zurichoise offre des prestations de conseil, d’installation et d’entretien dans le domaine des sanitaires, du chauffage et de la ferblanterie. «Pour Inag-Nievergelt, faire partie de l’une des plus grandes et des plus prospères entreprises de ce secteur depuis 2016 et participer à la success story de BKW

représente une valeur ajoutée», déclare Sandro Prati, Chief Operation Officer (COO) d’Inag-Nievergelt. «Le vaste réseau offre de nombreux avantages, notamment pour la clientèle ou les partenaires.» De plus, tout le monde bénéficie de l’échange d’expériences et de compétences: «Nous étions et sommes forts ensemble, surtout pendant la pandémie», souligne Sandro Prati. Inag-Nievergelt profite concrètement d’un soutien dans les processus administratifs, la gestion des véhicules, le controlling, la technique spécialisée

et le marketing de la marque BKW. Et pourtant: «Grâce à notre propre raison sociale et à notre propre logo, nous gardons toujours notre propre identité.»

Article de Inmotion

Cet article vient de «Inmotion», le magazine du personnel du groupe BKW. Vous trouverez le numéro complet au format PDF ici.

Markus Ehinger

Markus Ehinger

Senior Editor