Artikel teilen auf

En Suisse, le développement de l’énergie éolienne est en perte de vitesse. On entend souvent dire que les régimes de vent seraient insuffisants pour l’exploitation d’installations éoliennes. Mais ce constat est faux: grâce aux avancées techniques, les sites existants présentent un excellent rendement énergétique. Ainsi, la Suisse est parfaitement prédisposée à tirer profit de l’énergie éolienne.

 

Les éoliennes ne produisent de l’électricité que lorsque le vent souffle. Jusque-là, tout est clair. Mais à quelle fréquence le vent souffle-t-il et quelle incidence la force du vent a-t-elle sur la production d’électricité? Le paramètre qui nous intéresse ici est, entre autres, la sollicitation de l’installation. Cette valeur indique quelle proportion de sa puissance maximale l’installation produit en moyenne.

 

Pour commencer, plus la vitesse du vent est élevée, plus la sollicitation de l’installation l’est également. Au cours des dernières années, de plus en plus d’éoliennes ont été mises au point pour les régions où le vent n’est pas très élevé. Même par vent faible, ces nouvelles turbines produisent déjà d’importantes quantités d’énergie. Dans ce contexte, les nuances entre les installations situées dans des régions aux régimes de vent différents ont diminué, comme le montre la situation en Allemagne: à l’heure actuelle, les nouvelles éoliennes installées dans le nord et le sud de l’Allemagne présentent quasiment la même sollicitation d’environ 24 % [1], contre une sollicitation moyenne supérieure d’environ un quart pour les installations du nord de l’Allemagne en 2010 (19 % contre 15 %)1.

 

On constate en outre que la sollicitation des installations éoliennes est, de manière générale, en augmentation. Cette tendance s’explique également par la taille croissante des nouvelles installations, qui profitent des vents plus forts à plus haute altitude.

Aussi la Suisse peut atteindre un haut rendement en énergie éolienne

Ces dernières années, la Suisse n’a vu se réaliser que quelques éoliennes isolées dans différents lieux, ce qui rend la comparaison difficile. Le parc éolien de Mont-Crosin, exploité par JUVENT SA (détenue à 65 % par BKW) dans le Jura bernois, fait figure d’exception.

 

De 2010 à 2016, 16 éoliennes «modernes» y ont été installées, succédant aux huit éoliennes plus anciennes (une vue d’ensemble, des vidéos et des photos de l’agrandissement du parc éolien sont disponibles sur le site Internet de Juvent). Suite à l’installation des nouvelles éoliennes, la sollicitation moyenne du parc éolien est passée de 13 % à 22 %, une augmentation en phase avec celle des nouvelles installations du sud de l’Allemagne au cours de cette période (voir graphique ci-joint).

 

 

 

 

Conséquences pour la Suisse: grâce aux avancées techniques, les sites existants présentent un excellent rendement énergétique. Aussi convient-il de constater que la Suisse, au moins dans certaines régions, est parfaitement prédisposée à tirer profit de l’énergie éolienne. C’est pourquoi BKW envisage de construire d’autres parcs éoliens en Suisse, notamment sur la Montagne de Tramelan et sur le Jeanbrenin dans le Jura bernois.

 

Le parc éolien JUVENT de Mont-Crosin est le plus grand parc éolien de Suisse, et ce avec seulement 16 éoliennes. Sa puissance totale de 37,2 MW correspond à la moitié de la puissance installée en Suisse (75 MW) et à plus de la moitié de l’énergie éolienne produite.

Indication des sources
[1] Calcul basé sur les données de l’Agence allemande pour les énergies renouvelables et les réseaux.
Andreas Jöckel

Andreas Jöckel

Energiewirtschafter Andreas Jöckel arbeitet im BKW Kompetenzzentrum für längerfristige Markt- und Preisentwicklungen. Dabei analysiert er unter anderem, wie sich regulatorische und technische Entwicklungen auf die Strommärkte in Europa auswirken werden.