Artikel teilen auf

Dans le Swiss Energypark, entre Saint-Imier (BE) et Le Noirmont (JU), la production d’électricité est en avance sur son temps. C’est pourquoi il faut un agriculteur qui ne souffre pas du vertige pour faire fonctionner les éoliennes. Une inspection visuelle sans filet. 

Mont-Crosin, dans le Jura bernois. On croirait le paysage peint au pastel: des prés verdoyants, des vaches en train de paître, des fermes dispersées çà et là. La douceur des contours de cet espace naturel donne l’impression que le temps s’est ralenti. De petites routes dessinent de larges courbes à travers le paysage. Pierre Berger plisse les yeux face au soleil, puis regarde en direction de Chasseral: «J’ai beaucoup de chance d’habiter ici et de faire partie de ce magnifique paysage.»

Joie de vivre: l’agriculteur Pierre Berger prend soin des veaux nouveau-nés de sa ferme. L’énergie de son exploitation provient des éoliennes.

L’agriculteur apporte un bidon de lait à quatre veaux nouveau-nés. Sa femme est assise avec leurs quatre enfants autour du café et des gâteaux devant l’entrée de leur ferme réaménagée. Pierre Berger gère une exploitation laitière de vingt vaches: «Je travaille à 70 % comme agriculteur, et à 40 % comme technicien du Swiss Energypark

Il rit de l’énumération mathématiquement un peu erronée de sa charge de travail, qui permet au visiteur de se faire une idée précise de la situation: il s’agit là d’un homme qui se donne à 100 %, voire plus, pour son travail.

Pierre Berger est responsable de la maintenance et du contrôle des 16 turbines de la centrale éolienne de Juvent, une tâche contre-indiquée pour ceux qui souffrent du vertige. Il monte régulièrement vérifier que tout va bien tout en haut de ces colosses de métal, qui peuvent atteindre 150 mètres de hauteur. Avec l’ascenseur, la montée jusqu’au sommet dure six minutes: «Depuis là-haut, on voit presque jusqu’à Paris», dit-il en riant. .

 

«Pendant les exercices, nous utilisons l’échelle et ses 380 barreaux. L’ascension prend alors environ 20 minutes.»

En cas d’urgence, le technicien doit aussi pouvoir compter sur sa condition physique: «Pendant les exercices, nous utilisons l’échelle et ses 380 barreaux. L’ascension prend alors environ vingt minutes.» Pendant que Pierre Berger nous parle, les puissantes pales tournent selon un rythme quasi hypnotique et s’orientent automatiquement en fonction du flux d’air, garantissant une production d’énergie des plus efficaces.

Aujourd’hui, le vent vient de l’ouest, et il souffle fort. Pierre Berger nous explique: «Quand elles sont poussées à leur maximum, les pales peuvent tourner à une vitesse de 250 km/h.» Mais même les puissantes turbines atteignent parfois leurs limites. Lorsque la vitesse du vent dépasse 90 km/h, l’installation est arrêtée par sécurité.

Avec l’installation solaire de Mont-Soleil et la centrale hydroélectrique de La Goule, les éoliennes constituent l’un des trois éléments de la production d’électricité de ce parc de 251 km2. Les décisions sont prises au siège de La Goule, la filiale de BKW à Saint-Imier. Cédric Zbinden, le directeur, annonce fièrement: «Aujourd’hui, nous pouvons couvrir les besoins des 17 000 habitants de la région à 90 % avec de l’énergie autoproduite.» Les exploitants ont ainsi plus d’une longueur d’avance sur leur temps: «Nous remplissons déjà dans une large mesure les conditions exigées par la stratégie énergétique 2050.»

S’il est possible d’avoir un aperçu de l’avenir dans cette région, c’est notamment grâce à la situation topographique et géographique: «Nous disposons ici de conditions optimales pour produire de l’énergie renouvelable», explique Cédric Zbinden. Le projet, lancé dans les années 90, a été institutionnalisé en 2015 par BKW en collaboration avec les cantons de Berne et du Jura sous le nom de Swiss Energypark. Il s’agit de la plateforme d’innovation, de recherche et de démonstration la plus importante en matière de production d’énergies renouvelables.

La mise en réseau intersectorielle joue donc un rôle crucial. Start-up et fournisseurs de technologies peuvent soumettre leurs propres projets et ainsi participer activement au parc énergétique. Pour Cédric Zbinden, il est essentiel que ce processus de développement soit constamment en phase avec la population: «Nous avons toujours associé les habitants à nos idées, communiqué avec transparence sur chaque étape et bénéficié d’un accueil positif dans les années 90.» Il n’y a donc jamais eu d’opposition politique ni de résistance ouverte. Pendant cette phase, la société coopérative Espace découverte Energie a accompli un travail de fond essentiel.

Si la distribution de l’énergie fonctionne de manière optimale, c’est grâce à ce qu’on appelle les microréseaux. Ils relient de manière dynamique les sources d’énergie décentralisées, permettent leur intégration au réseau et réduisent les pertes liées au transport. A elles seules, les 16 éoliennes produisent ainsi 80 GWh d’énergie par an, soit plus de 60 % du besoin total en énergie de la région (130 GWh).

Question efficacité, l’éolien ne peut cependant pas encore rivaliser avec la production issue du nucléaire. Cédric Zbinden poursuit: «Pour produire la même quantité d’énergie que la centrale nucléaire de Mühleberg, il faudrait 45 parcs éoliens comme le nôtre ou des installations solaires occupant une surface équivalente à 2100 terrains de football.»

Cédric Zbinden, directeur de La Goule, filiale de BKW.

Il le rappelle aussi modestement: «Nous démontrons ici que nous pouvons alimenter toute une région presque entièrement avec un mix d’énergies renouvelables de ce type. Mais cela n’est pas possible partout en Suisse.» Quoi qu’il en soit, le projet dynamise la région bien au-delà de la thématique de l’énergie: «Notre engagement en faveur des énergies renouvelables a également revitalisé le secteur du tourisme», explique Cédric Zbinden. Par exemple, deux sentiers découverte traversent le parc et fournissent aux visiteurs des informations de façon ludique: «Nous voulons rendre un sujet très complexe accessible à tous et sensibiliser les visiteurs à l’importance du projet.»

Pierre Berger à l’intérieur d’une éolienne. La distribution de l’électricité à La Goule est contrôlée par un processus informatique complexe.

Pierre Berger se dirige à présent vers l’éolienne suivante. L’agriculteur vivait déjà ici avant la création du parc énergétique, époque à laquelle c’était surtout en Allemagne et en Europe du Nord que l’on parlait d’énergie éolienne. Aujourd’hui, il ne pourrait toutefois plus se passer de ces installations: «C’est un privilège de participer à ce projet et de contribuer à façonner l’avenir.»

Si la double charge de travail engendrée par les deux métiers n’est jamais excessive, c’est grâce à la nature de ses activités, au sens propre du terme: lorsque le vent souffle et que les turbines ont particulièrement besoin d’attention, il fait en général trop mauvais pour travailler à la ferme. Et en l’absence de vent, il peut consacrer toute son énergie à ses petits veaux.

Courant solaire pour la maison

Des solutions pour un avenir où il fera bon vivre: avec Home Energy, BKW propose une solution complète pour la production d’électricité durable des immeubles d’habitation et des maisons individuelles. Grâce à ce système énergétique modulaire, les propriétaires de maisons individuelles produisent et utilisent du courant solaire écologique. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.home-energy.ch

Notre contribution à la durabilité

Par nos actions, nos produits et nos prestations, nous contribuons au développement durable de la société, de l’économie et de l’environnement. BKW développe des solutions pour l’aménagement d’infrastructures et d’espaces de vie pérennes. L’entreprise s’engage en faveur des objectifs de développement durable des Nations Unies. Vous trouverez de plus amples renseignements concernant notre gestion du développement durable ici. https://www.bkw.ch/fr/le-groupe-bkw/durabilite-chez-bkw/notre-gestion-de-la-durabilite#c41346 

SI Gruen

SI Gruen

Beitrag aus dem Magazin SI Grün der Schweizer Illustrierten im Rahmen einer Zusammenarbeit der BKW mit Ringier / Article du magazine SI Grün de la Schweizer Illustrierte, dans le cadre d’une collaboration de BKW avec Ringier.