Artikel teilen auf

BKW teste la blockchain dans le cadre de deux projets pilotes: d’une part, cette technologie pourrait réduire les coûts des services de courtage sur le marché international de l’électricité. D’autre part, elle s’inscrit dans un projet phare qui inclut un marché de l’électricité pour l’énergie solaire au sein d’un quartier.

Imaginez 300 smartphones empilés les uns sur les autres. La tour qui en résulte ferait 20 mètres de haut, soit plus que les maisons de l’ensemble résidentiel du Schwemmiweg de Walenstadt qui participe au projet pilote «Quartierstrom («électricité du quartier»). Avec le courant solaire que les 28 installations privées de ces maisons ont produit sur les 24 heures d’une journée d’hiver ensoleillée de la fin du mois de février 2019, les 300 smartphones pourraient être rechargés tous les jours de l’année.

Les producteurs privés négocient leur courant solaire dans le quartier

En parlant de tour: Le projet «Quartierstrom» est subventionné par l’Office fédéral de l’énergie OFEN comme un projet phare. Plusieurs entreprises et hautes écoles y participent, dont BKW. Dans l’ensemble résidentiel «Quartierstrom» de Walenstadt, 37 parties se sont regroupées pour former un marché de l’électricité local. 28 participants exploitent une installation solaire, sept sont uniquement consommateurs, dont une maison de retraite médicalisée.

Les parties négocient une grande partie de l’énergie qu’ils ont produite au sein du quartier, à un prix axé selon l’offre et la demande. Les achats et les ventes d’électricité se déroulent par la blockchain de manière automatisée. Il s’agit quasiment d’un livre de compte accessible à toutes les parties et réparti sur de nombreux ordinateurs. Un «algorithme consensuel» veille à ce que les différents blocs du compte correspondent. Des «smart contracts» automatisés régulent les détails de chaque transaction.

Thiemo Engelke, ICT Solution Architect pour BKW

Thiemo Engelke, ICT Solution Architect pour BKW, déclare que «l’esprit de recherche est au premier plan du projet de Walenstadt». Selon lui, l’objectif est de constituer et mettre en réseau les unités de mesure nécessaires. Par ailleurs, BKW souhaiterait déterminer la taille optimale de ce genre d’installations d’électricité de quartier. «De combien de participants de quel type a-t-on besoin pour qu’un négoce ait lieu entre les parties?»

Ce lien fournit des informations générales sur le projet, ainsi que des données en temps réel sur la production et la consommation d’électricité ainsi que sur l’autoconsommation et la fourniture d’énergie de la communauté de l’électricité de quartier.

Réduire les dépenses de courtage

Le deuxième projet blockchain de BKW ne concerne pas en premier lieu la recherche, mais un business-case: Enerchain est une place de négoce pour l’énergie (gaz et électricité). La technologie blockchain permet aux partenaires commerciaux de se faire confiance sans qu’une bourse ou une autre place de négoce centrale, un courtier par exemple, ne finalise les accords. Des algorithmes mathématiques au sein d’un système décentralisé empêchent toute manipulation et garantissent à tout moment la transparence commerciale, à savoir qui a traité quoi et à quel moment.

«L’objectif est de réduire les dépenses destinées jusqu’à présent aux courtiers», poursuit Thiemo Engelke. De plus, les brokers auraient un certain pouvoir de marché. «Avec la blockchain, nous aurons des possibilités de limiter ce pouvoir de marché.» Une autre chance est de pouvoir organiser les processus de back-end avec davantage d’efficacité. «Après la conclusion d’une affaire, de très nombreux processus manuels sont actuellement nécessaires pour finaliser les transactions financières, c.-à-d. le «Financial Settlement», souligne Thiemo Engelke. Un vaste potentiel d’optimisation serait disponible grâce aux smart contracts de la blockchain.

Pour réaliser ce projet, plus de 40 entreprises de l’énergie issues de toute l’Europe se sont réunies dans le cadre d’Enerchain afin de créer conjointement un produit répondant aux exigences du plus grand nombre de participants. BKW participe au projet depuis son lancement en mai 2017.

Tobias Habegger

Tobias Habegger

Senior Communication Manager BKW; Responsible Newsdesk

Cet article pourrait vous intéresser... C’est bientôt l’heure d’intégrer la blockchain à la transition énergétique

A la fin du mois de février 2019, l’agence allemande de l’énergie a publié les résultats d’une étude complète portant sur la blockchain. En conclusion: «Cette technologie apporte une plus-value au secteur énergétique». En lisant cet article, vous connaîtrez l’essentiel de l’étude évoquée à laquelle BKW a également participé en tant que partenaire. Ici.