Climatiquement neutres et renouvelables: les granulés de bois sont les combustibles de demain. La plupart proviennent d’une usine située au pied sud du Jura – AEK Pellets. 

Avant d’apercevoir l’usine de pellets à Balsthal (Soleure), on la sent. Déjà de loin, l’agréable odeur de bois vous monte au nez. Cela n’est pas surprenant: l’usine de AEK Pellets est la plus grande de Suisse. Chaque année, elle produit pas moins de 60 000 tonnes de pellets, soit suffisamment pour fournir de la chaleur à plus de 12 000 maisons individuelles.

Le skieur de combiné nordique Tim Hug est ambassadeur de AEK Pellets 

Le skieur de combiné nordique Tim Hug (30 ans), originaire du village proche de Gerlafingen, est lui aussi impressionné. Depuis cette saison , il est ambassadeur de AEK Pellets et ce n’est pas par hasard. Hug étudie les «énergies renouvelables» à la Haute école de Rapperswil (SG) et explique: «Maintenant, je peux voir ce que nous apprenons à l’école».

Ce qu’il aperçoit à Balstahl, c’est une énorme usine entièrement automatisée. Les camions livrent de la sciure heure par heure. «Le bois provient d’un périmètre de 100 kilomètres autour de l’usine. Par conséquent, les distances de transport sont courtes. C’est important.», indique Bruno Jordi, le directeur d’AEK Pellets, qui appartient à l’entreprise BKW spécialisée dans l’énergie et les infrastructures.

Une énergie du bois dans sa forme la plus concentrée

Une partie de la sciure est tout d’abord séchée, avec un chauffage au bois évidemment. Elle est ensuite nettoyée, broyée à l’aide de petits marteaux puis mélangée à de l’amidon de maïs qui sert de lubrifiant. La sciure traitée est ensuite envoyée dans une des trois presses. Aucun produit chimique n’est nécessaire pour que la sciure s’agglutine. «Lorsque le bois atteint une température de 100 degrés, la lignine, un adhésif naturel du bois, se dissout», explique Jordi.

En transformant le bois en pellets, on obtient une énergie issue du bois dans sa forme la plus concentrée. Dans le même temps, le bois devient beaucoup plus facile à manier et peut être utilisé dans des chauffages entièrement automatisés.

La transition énergétique est ainsi déjà une réalité 

La transition énergétique est ainsi déjà une réalité à Balstahl (Soleure). Autrefois, on fabriquait des radiateurs pour des chauffages à mazout ou à charbon dans l’atelier de production. Aujourd’hui, on y fabrique des granulés de bois respectueux de l’environnement. Le bois est renouvelable et climatiquement neutre car le CO2 résultant de la combustion a déjà été retiré de l’air par l’arbre auparavant. Et surtout : «Contrairement aux combustibles fossiles, la matière première bois est disponible dans notre pays», s’exclame le directeur de l’usine Jordi.

Même le skieur de combiné nordique Tim Hug en est convaincu. «La protection de l’environnement me tient particulièrement à cœur. Compte tenu du changement climatique, il faut absolument faire un pas en avant dans le domaine des énergies renouvelables. Les pellets AEK sont un bon exemple.»