Artikel teilen auf

Lors de l’E-world qui s’est tenu à Essen, il était inutile de tourner pendant des heures pour découvrir les toutes dernières évolutions que connaît la branche de l’énergie. Bloc-notes et appareil photo en main, l’expert BKW Stefan Salzl s’est donc mis sur les traces de six tendances que nous vous présentons ci-après.

Chaque année, tous les grands noms de la branche électrique et gazière européenne se retrouvent au salon E-world d’Essen 780 exposants, 26 pays représentés. Seulement quelques pas à travers les cinq halls du salon permettent de découvrir les évolutions les plus récentes que connaît la branche de l’énergie. Début février 2019, BKW a elle aussi présenté, trois jours durant, la manière dont elle s’imagine le «futur de son énergie». Les unités commerciales Production, Négoce et Sales étaient présentes: l’occasion d’honorer d’innombrables rendez-vous d’affaires. Ils ont encore eu un peu de temps pour aller voir ce qui se passe ailleurs et sentir les tendances majeures qui s’infiltrent dans la branche de l’énergie.

Tendance 1: Le tournant énergétique est mort. Vive le tout numérique!

Un seul exposant avait directement placardé l’expression tournant énergétique sur son stand. En revanche, le tout-numérique était omniprésent: des fabricants de compteurs aux prestataires Big Data, tous avaient un produit à proposer en rapport avec le passage au numérique. Mais au fait, comment réussit-on sa transformation numérique, en tant qu’entreprise d’approvisionnement en électricité (EAE)? E.ON présente sa recette:

1.       automatisation
2.       amélioration et optimisation de l’expérience client
3.       révision des processus commerciaux existants
4.       nouveaux modèles commerciaux

E.ON: «Une recette à emporter».

Tendance 2: Les prestations de service sont faites pour les services urbains ou les clients industriels

Sur les stands des participants, la pure et simple distribution de matières premières telles que l’électricité et le gaz est reléguée au second rang. Les prestations et solutions intégrales occupent le devant de la scène. Quant au segment des clients cibles, il est clairement défini sur l’E-world: services urbains ou clients industriels, les premiers étant les plus convoités.

«Shell vend aussi des solutions énergétiques»

De la Cyber Security à la gestion du portefeuille, en passant par les analyses graphiques: les grands acteurs et les petites startups transmettent leur savoir-faire acquis dans tous les domaines à une personne ou au service urbain. Le schéma est toujours le même: l’expertise dans un secteur est monétisée tout en devenant accessible à un large public.

Tendance 3: Le smart metering prend de la vitesse

Malgré un démarrage en Allemagne plutôt frileux jusqu’à présent, le compteur intelligent smart metering a réussi à percer, en tout cas au moins sur l’espace d’exposition. Un hall entier de l’E-world était consacré à la technique de mesure numérique. Un nombre incalculable de variantes de compteurs y était présenté, et l’on n’a pas non plus reculé devant certaines notions, comme celle de l’Internet of Things (IoT). Les conditions-cadres juridiques de l’UE et la loi sur le passage au numérique du tournant énergétique adoptée en 2016 par l’Allemagne semblent désormais tout de même en assurer l’essor. Impossible pourtant, sur les stands, de trouver de nouveaux modèles commerciaux basés sur ces données. La question cruciale demeure celle de savoir si le smart meter pourra un jour déployer son plein potentiel avant que la concurrence en provenance du domaine IoT de Google & Co. ne prenne le contrôle du marché.

Tendance 4: Commercialisation: du direct au flexible

La notion de commercialisation flexible a été le mot-clé de l’E-world. Avec cette notion, ce qui a par le passé été réduit à la seule exploitation de l’énergie de réglage des petites et moyennes entités (centrale électrique ou consommateurs flexibles) ou à la commercialisation de nouvelles énergies renouvelables telles que l’éolien ou le solaire est désormais considéré comme un domaine à part entière. La flexibilité doit être commercialisée sans discontinuité, des marchés à terme aux marchés de l’énergie de réglage et à l’Intraday. Des grands groupes comme Uniper ou EnBW aux petites startups: tous ont fait l’éloge de la commercialisation améliorée. BKW est précurseur dans ce domaine également: en tant que pionniers de la commercialisation directe, nous disposons désormais d’un portefeuille de plus de 5000MW. Grâce au produit innovant «Energy Asset» qui a déjà fait son entrée chez les clients il y a plus d’un an, BKW a également une longueur d’avance sur la commercialisation de la flexibilité. L’optimisation de la flexibilité des clients fait partie de nos problématiques depuis bien longtemps.

Tendance 5: fini la loi sur les énergies renouvelables, place aux PPA

Le 20e anniversaire de la loi allemande sur les énergies renouvelables (EEG) s’accompagne également de la fin imminente de la rétribution fixe pour l’injection de courant pour de nombreuses anciennes installations. Une raison suffisante pour maints exploitants de se pencher pour la première fois sur les risques d’exploitation tels que les risques liés aux prix et aux volumes, les risques liés à l’énergie de compensation, etc. Des acteurs du marché chevronnés qui étudient tous les jours ces risques depuis longtemps flairent un marché de grande ampleur et proposent des power purchase  agreements (PPA) à long terme. Une garantie de prix et d’absorption devrait assurer aux exploitants une situation économique durable pour les 15 années à venir. Des acteurs du marché tels que BayWa r.e. s’attendent à ce que la prise en charge de tels risques soit «convenablement» rémunérée. Un appétit conséquent pour les risques est nécessaire et une attitude à long terme concernant le marché est recommandée.

Les anciennes installations se bousculent sur le marché libre (photo: perspectives pour la poursuite de l’exploitation d’installations éoliennes après 2020, WindGuard)

Tendance 6: l’avenir de l’ E-world est majoritairement … sans cravate

Une image vaut mille mots. Sur l’E-world, un style vestimentaire tout en légèreté prend ses marques…

E-world: «Seul le secrétaire d’état allemand Christoph Dammermann sort du cadre» (photo: https://twitter.com/MSEnterpriseDE/status/1093201660892069888)

L’avenir est incertain, mais une chose est sûre: le salon E-world a encore de beaux jours devant lui et BKW sera de la partie, avec ou sans cravate…

Stefan Salzl

Stefan Salzl

Leiter Asset Structuring