Artikel teilen auf

Alors que la neige n’est plus qu’un lointain souvenir en dessous de 1500 m, un épais manteau neigeux se maintient encore à flanc de montagne. Et il ne faut pas être un spécialiste de la météo pour savoir que cette neige se mettra en mouvement et remplira les bassins de rétention dans quelques semaines. Voici comment les exploitants de centrales électriques et l’unité commerciale Négoce de BKW relèveront ce défi.

Des quantités de neige supérieures à la moyenne recouvrent actuellement les montagnes et la fonte de cette neige aura un impact plus marqué que d’habitude. Certains bassins de rétention sont capables d’absorber facilement l’eau issue de la fonte des neiges, mais d’autres seront remplis jusqu’à cinq fois. Une mauvaise planification entraînerait très probablement des débordements, si bien que l’eau serait inutilisée et perdue.

Pour éviter cela, de nombreux modèles variés aident à prédire la date du début de la fonte des neiges ainsi que son ampleur. Des logiciels spéciaux permettent de connaître les propriétés du sol et l’épaisseur du manteau neigeux dans les zones pertinentes, car ils sont constamment alimentés en prévisions météorologiques les plus récentes. L’estimation totale des chutes de neige est calculée par le système qui en vérifie la plausibilité, si bien que les utilisateurs disposent en permanence de prédictions détaillées des apports, notamment pendant la fonte des neiges.

Mais même le meilleur modèle informatique doit lui-même subir un test de plausibilité. Les prévisions ne sont donc que l’un des nombreux outils d’assistance. L’observation attentive de l’évolution réelle des apports en eau est indispensable malgré les modèles haut de gamme. Rester en contact permanent avec les personnes sur place, qui sont en mesure de fournir une estimation plus précise de la situation grâce à ce qu’elles voient et à leur expérience, revêt une grande importance en la matière.

Le cycle des centrales à accumulation

Tout exploitant de centrales à accumulation s’efforce de remplir les bassins d’eau en été pour que cette dernière puisse être convertie en électricité en hiver, être commercialisée et générer des bénéfices. Les bassins de rétention présentent des caractéristiques variables: alors que quelques-uns sont remplis de préférence avec de l’eau issue de la fonte des neiges, d’autres absorbent exclusivement de l’eau des glaciers ou sont remplis avec de l’eau pompée dans des zones plus profondes. La fonte des neiges est la plupart du temps un cadeau de la nature bienvenu: elle remplit le lac gratuitement, sans pompage onéreux.

Le graphique présente les prévisions actuelles de la part exploitable de l’eau en pour cent de la moyenne multiannuelle: alors que les centrales électriques ayant une faible part de neige (par exemple la Grande Dixence) dépassent à peine la moyenne, d’autres, telles que celle d’Oberhasli, font état de prévisions largement supérieures. De même que la fonte des neiges est un phénomène varié, les particularités des centrales électriques sont différentes lorsqu’il s’agit de capter l’eau. Tandis que des lacs tels que la Grande Dixence peuvent facilement contenir l’eau de la fonte des neiges et avoir besoin de l’eau des glaciers en plus, un lac tel que celui de Sanetsch est rempli jusqu’à cinq fois de la seule eau issue de la fonte des neiges!

Le défi de la planification

Le défi réside ici dans la planification. Dans le cas de Sanetsch, le lac doit être vidé précisément avant le début de la fonte des neiges, la production doit être immédiatement lancée et l’apport en cours doit être ajusté. Au plus fort de la fonte, en effet, bien plus d’eau s’écoule dans le lac que la turbine ne peut en traiter. Ce printemps, une mauvaise planification entraînerait très probablement des débordements, si bien que l’eau serait inutilisée et perdue. Il sera donc important, au printemps 2018, de maintenir le lac à une profondeur contrôlée basse avant la grande vague, qui aura vraisemblablement lieu en mai.

Le graphique de gauche indique les niveaux des lacs en pour cent de la capacité totale et sous forme de variation par rapport à la moyenne multiannuelle à la date du 3 avril 2018. Les niveaux bas des lacs reflètent les prix élevés en hiver et la préparation aux apports.

Les modèles d’optimisation de BKW

L’influence de la fonte des neiges peut être discernée dès aujourd’hui dans les modèles d’optimisation de BKW. Le prix limite, c’est-à-dire la valeur de l’eau sur le marché, baisse par exemple cette année d’environ 9 €/MWh pour la centrale électrique de Sanetsch, par rapport à la prévision actuelle de la valeur de l’eau en 2019. L’électricité issue de Sanetsch sera moins chère cette année car il est encore plus nécessaire que par le passé de l’acheminer en toute sécurité et au bon moment sur le marché. Bien que Sanetsch ne puisse pas affecter à lui seul le prix du marché, la somme des centrales électriques similaires ont un volume de marché suffisant pour réduire le prix dans toute la Suisse.

Economie

La plupart du temps, les lacs sont vidés plus tôt dans l’année. Cela résulte moins de la fonte des neiges que de la plus-value monétaire. Personne ne souhaite en effet retenir de l’eau chère en hiver pour la «donner» au printemps ou en été. Janvier et février sont généralement les mois les plus chers. C’est pourquoi les bassins de rétention sont plus ou moins vides à la mi-mars. Une quantité résiduelle reste encore disponible pour faire face aux éventuels pics de prix, mais la glace est mince et l’eau rare. La période qui court de la mi-mars à la mi-mai est donc critique. Les éventuels goulets d’étranglement d’électricité doivent être compensés par des importations de courant onéreuses en cas de pénurie d’eau de rétention. Mais il convient également d’éviter un surcroît d’eau de rétention. Celle-ci doit être vendue avant la fonte des neiges, même si le prix est bas. Chacun tente ainsi de trouver l’équilibre économique parfait.

L’impact sur le prix

Les modèles de prix de l’électricité utilisés par l’équipe d’analyse Négoce ont estimé l’effet du réservoir de neige actuel sur les prix du marché par rapport à une année normalisée. L’effet de prix est le plus aigu pendant le pic. Il est remarquable de constater qu’un effet de prix se fera sentir jusqu’à l’automne prochain (voir le tableau).

Futur

L’exploitation de bassins de rétention est et restera une affaire délicate. Outre des situations météorologiques extrêmes, l’influence politique continuera de se faire sentir sur le prix de l’électricité. Les méthodes de production d’électricité générant une grande quantité de CO2 devraient subir une certaine pression. L’avenir des centrales électriques est incertain: il y a moins de nouveaux projets et de nombreuses installations devraient être mises à la retraite en raison de leur âge. La production flexible d’électricité et l’utilisation des réservoirs d’eau prendront par conséquent de l’importance à l’avenir. Il sera encore plus décisif d’être vigilant et de disposer de bonnes prévisions pour tirer parti de la succession de Mme Holle de manière économique et écologique.

Alexandra Berchtold

Alexandra Berchtold

Alexandra Berchtold: L’analyste en négoce est responsable de l’analyse qualitative des marchés de carburant et d’électricité les plus importants, des rapports et du flux des messages dans les canaux concernés au sein de BKW.

Bruno Jordi

Bruno Jordi

Der Kraftwerkseinsatzmanager ist verantwortlich für den Einsatz der flexiblen Kraftwerke. Er sichert deren Position langfristig ab und stellt die Leistung gewinnbringend an den Markt. Dabei ist er stets in engem Kontakt mit den Menschen vor Ort.