Artikel teilen auf

Tension, concentration, calme, tout autour des cris de joie et des sons de cloches… Avant que Beat Feuz ne prenne le départ d’une course, une seule chose compte: la concentration.

Dans une course de ski, de nombreux facteurs déterminent la victoire ou la défaite. Un élément essentiel consiste à revoir et mémoriser la piste les yeux fermés et à faire les mouvements de main correspondants juste avant le départ. Beat Feuz, champion du monde de descente, le décrit de façon saisissante: «Juste avant le départ, tout devient très calme, tu te concentres, tu es comme dans un tunnel. Soudain, tu es l’homme le plus isolé au milieu de la foule. Il n’y a que la montagne, tes skis et toi.» Les skieurs se sentiraient donc seuls?

«Comme si des milliers de personnes franchissaient la ligne d’arrivée avec toi»

L’athlète doit toujours veiller à rester concentré. Mais au moment du départ, quand les bâtons sont plantés dans la neige sur la ligne de départ, l’athlète se nourrit de l’énergie du public. «Dès le moment où tu t’élances, tu n’es plus seul. Les fans, les cris de joie, les cloches… Il en ressort une énergie qui te pousse encore plus loin. Et tout en bas, tu as le sentiment que des milliers de personnes franchissent la ligne d’arrivée avec toi», explique Beat Feuz, en ajoutant: «Il faut beaucoup de composants pour réussir et seule leur mise en réseau permet d’être imbattable.»

L’entourage doit être le bon

Les préparatifs de départ et la course sont deux éléments du succès. L’entourage en est un autre. «Sans mon entourage professionnel, je ne pourrais pas établir ainsi ma concentration avant le départ.» Voilà pourquoi nous nous réjouirons quand nous foncerons vers la ligne d’arrivée avec Beat Feuz – et avec, nous l’espérons, la première place sur le tableau d’affichage.

SI Gruen

SI Gruen

Beitrag aus dem Magazin SI Grün der Schweizer Illustrierten im Rahmen einer Zusammenarbeit der BKW mit Ringier.