Artikel teilen auf

Pas à pas vers la durabilité: Il ne faut pas toujours attendre que les grandes entreprises ouvrent la voie. Même en tant que petite ou moyenne entreprise, il est possible d’apporter sa contribution à un monde durable. C’est ce que démontre notre filiale, la société IFB Eigenschenk GmbH.

Filiale de BKW depuis octobre 2016, le groupe allemand IFB Eigenschenk est une PME classique d’une centaine de collaborateurs. Actif dans le secteur de l’ingénierie, le bureau d’ingénieurs bavarois met un point d’honneur à intégrer le développement durable à sa culture d’entreprise. Dans le cadre du projet «ifb goes green», il a ainsi mis en place de nombreuses actions intéressantes: Pour favoriser une mobilité respectueuse de l’environnement, des vélos de service ont été achetés, une tombola de la mobilité organisée et pour chaque kilomètre parcouru en vélo, les collaborateurs se voient créditer 30 centimes sur un compte collaborateur général. Le domaine de l’alimentation et de la promotion de la santé représente également une partie importante du projet. Un style de vie plus sain est ainsi promu par le biais de journées dédiées au sport et à la santé, de repas de midi végétariens et de paniers de fruits et légumes hebdomadaires pour le bureau. La société IFB Eigenschenk GmbH fournit également à ses collaborateurs des pistes de réflexions sur les économies de courant et d’eau et les motive à utiliser le papier de manière économe, ainsi qu’à gérer les déchets de manière efficace. Et afin que la coopération ne soit pas en reste et qu’un bon climat de travail soit assuré, sont également mises en place des excursions d’entreprise, des fêtes et d’autres actions communes.

Le bâtiment de l’entreprise IFB Eigenschenk constitue lui aussi un symbole en ce sens. Terminé fin septembre, il convainc en effet par sa construction durable et réfléchie sur le plan énergétique. La pompe à chaleur géothermique chauffe et climatise le bâtiment, alors que le toit et la façade avant sont ornés d’une installation PV. Quant au garage souterrain, on y trouve une station de recharge électrique, car, cela va de soi, la flotte de l’entreprise comporte également des vélos et des voitures électriques.

Quelques vélos de service de la flotte sur le site de Deggendorf
De petites indications visuelles rappellent aux collaborateurs d’utiliser les ressources de manière économe, par exemple en lien avec la consommation d’eau dans les toilettes.
De nombreux trajets courts peuvent être effectués à vélo.

Barbara Eigenschenk, responsable du développement durable de la société IFB, explique comment tout cela a été accompli et ce qui est encore prévu:

Barbara Eigenschenk, vous avez mis sur pied le projet ifb goes green en 2012. Comment a-t-il été décidé de s’engager sur cette voie?

Pour être honnête, c’était une idée plutôt spontanée, après quelques verres de vin le soir de Noël. En famille, nous avons discuté des évolutions de la société et de la responsabilité des entreprises. Et je me suis cassée la tête à chercher comment intégrer au mieux la thématique du développement durable dans le quotidien d’une entreprise. Comment fait-on, dans le stress professionnel quotidien, pour se consacrer régulièrement au sujet et motiver les collaborateurs à participer? La première année, nous nous sommes fixé comme objectif de mettre une mesure par semaine en œuvre pendant une année. Nous voulions ainsi nous obliger à toujours garder le sujet en tête. Le calendrier «1 année – 52 idées» a été publié en ligne et les collaborateurs sont restés informés par une newsletter interne au sujet des actions hebdomadaires et du travail en arrière-plan.

Comment le projet a-t-il été accueilli par les collaborateurs? Quelles expériences ont-ils fait jusqu’à présent?

Désormais, le projet de développement durable fait partie intégrante de notre culture d’entreprise, ce que nous devons notamment aussi à la participation active de nos collaborateurs. Ils ont pris conscience que cela modifiait l’entreprise de manière positive et que c’était source de nombreuses possibilités pour eux-mêmes. Dans le cadre de son mémoire de master, ma sœur, Johanna Eigenschenk, a étudié l’impact interne des concepts de développement durable appliqués aux PME. La société IFB faisait partie de l’enquête. Il en est ressorti que l’on accorde une grande importance au sujet et que les collaborateurs le perçoivent également comme un devoir pour les entreprises. Ce qui nous a particulièrement réjouies, c’est que nos collaborateurs réfléchissent à des idées chez eux et qu’ils en parlent avec des amis ou des clients. Nombre d’entre eux ont par ailleurs indiqué avoir entrepris de nombreux changements, y compris dans leur vie privée. Faire preuve d’un comportement d’achat durable, rouler plus à vélo ou passer au courant vert en sont quelques exemples.

Y a-t-il également eu des critiques?

Au début, oui. Le terme durabilité est aujourd’hui utilisé de manière inflationniste. Au-delà du fait que peu de gens savent vraiment ce qu’il signifie, il est souvent mis en relation avec des contraintes et des restrictions. C’est pourquoi nous avons essayé d’aménager nos actions de manière à ce que des incitations positives soient suscitées et que les gens aient plaisir à participer. Entre-temps, les esprits critiques se sont tus.

Quel a été votre moment le plus fort en 2016?

Oh, il y en aurait plusieurs à citer. L’un d’entre eux a certainement été l’inauguration de notre nouveau bâtiment d’entreprise, ou plus exactement de notre nouveau grand toit terrasse. Il y a aussi eu le gain du prix de l’environnement de la ville de Deggendorf, en récompense pour notre projet. A cet égard, il a été très motivant de constater que la présentation de notre projet a éveillé un fort intérêt lors de la remise des prix.

L’équipe Développement durable avec la direction lors de la remise du prix de l’environnement de la ville de Deggendorf, le 8 novembre 2016.

Et quelles sont les prochaines étapes?

Nous souhaiterions utiliser la prime financière du prix pour l’environnement afin de mettre en place un projet local et, en tant qu’entreprise, donner des impulsions positives également dans la région. Au début de l’année, nous aurons une discussion avec tous les collaborateurs, en séance plénière, et déciderons des idées à mettre en œuvre au cours des douze prochains mois. Le plus difficile n’est toutefois pas d’avoir toujours de nouvelles idées, mais de faire avancer avec conséquence les projets décidés, d’entretenir durablement les mesures mises en place et de les faire perdurer.

                                                 A propos d’IFB Eigenschenk:

Le groupe IFB Eigenschenk se compose de deux sociétés: IFB Eigenschenk GmbH, sise à Deggendorf en Bavière, et IFB Eigenschenk und Partner GmbH, établie à Dresde. Le groupe est actif depuis 25 ans et avec bonheur dans les domaines de la géotechnique et de la technique environnementale. Au fil des ans, il a régulièrement élargi son portefeuille par de nouvelles spécialisations. Aujourd’hui, il met à disposition de ses clients des compétences multiples dans les domaines de la géotechnique, de la planification, de la conservation des preuves, des immissions, de l’environnement, des eaux, de l’énergie et des bâtiments historiques. Le groupe IFB Eigenschenk emploie environ 100 collaborateurs, répartis sur ses deux sites. Depuis octobre 2016, il fait partie de BKW.

Vous trouverez davantage d’informations à propos de ces nombreuses activités sur http://ifb-goes-green.de/

Personnes de contact pour le projet: Barbara et Johanna Eigenschenk nachhaltigkeit@eigenschenk.de

Katja Bauder

Katja Bauder

Projektleiterin Publikationen bei BKW